Chloé Zhao, meilleure réalisatrice aux Oscars 2021 à Los Angeles.

 

 

 


Photo FB

 

 

Deuxième femme de l’histoire des Oscars, mais première issue de la diversité,  Chloé Zhao a reçu hier soir le prestigieux Prix de la réalisation pour son film Nomadland.

La jeune femme de 39 ans a levé hier soir la très convoitée statuette, au sein de la célèbre gare historique Union Station de Los Angeles qui a remplacé  le théâtre Dolby   pour cause de Covid 19.  Née en 1982 à Pékin, Chloé Zhao quitte la Chine adolescente pour étudier en Grande Bretagne puis à New-York où elle rencontre Spike Lee qui sera un temps son professeur à l’école du cinéma.

L’histoire des Oscars, depuis leur création en 1929, a très majoritairement sous représenté les femmes dans les récompenses prestigieuses comme celles de la réalisation par exemple. En choisissant de récompenser une femme et, qui plus est, une femme asiatique c’est un pas immense que franchi l’académie des Oscars et le signe de temps nouveaux qui succèdent à des décennies de visibilités presque uniques et absolues pour « les hommes, blancs de 50 ans ». La rédaction de divercité.be n’a pas pu visionner Nomadland, la pandémie retarde la distribution des longs métrages dans nos salles, mais les critiques sont élogieuses. Elu meilleur film, meilleur réalisation et meilleure actrice pour Frances Mc Dormand, l’histoire est celle  d’une sexagénaire vivant de petits boulots sur les routes de l’Ouest américain après avoir presque tout perdu dans l’effondrement économique de sa ville.

 

Fascinée par les grands espaces de l’Ouest américain.

Chloé Zhao est depuis son arrivée au Etats-Unis attachée aux terres de l’Amérique profonde. Déjà son premier film ; Songs My Brothers Taught Me (Les chansons que mes frères m’ont apprises, sorti en 2015), avait pour paysage  la réserve indienne de Pine Ridge, dans le Dakota du Sud. Dans cette région que les américains eux-mêmes, dans leur grande majorité, ne connaissent pas, elle raconte la vie  d’un frère et de sa sœur, descendants de la tribu sioux des Lakota. C’est encore là d’ailleurs qu’elle posera les décors de son second long métrage encensé par la critique : « The Rider », sorti aux USA en  2017.

Si Chloé Zhao est la réalisatrice de  Nomadland la reconnaissance de la qualité de l’œuvre doit aussi à la brillantissime Frances McDormand  qui reçoit pour la  troisième fois un Oscar de la meilleure actrice.

 

N'hésitez pas à partager !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Qu’elle s’affirme fièrement, qu’elle choque, crispe ou divise, la diversité est une réalité incontournable de nos sociétés. Elle trame nos régions, villes et quartiers et donne à voir un monde où les mobilités humaines se sont intensifiées. Divercite.be est un média belge francophone qui est né pour répondre au besoin de décrypter et d’analyser ces nouvelles réalités. Sa ligne éditoriale est entièrement et exclusivement consacrée à la diversité culturelle, ethnique, cultuelle ou de genre. Nouveau dans le paysage médiatique numérique, nous avons besoin de vous pour aller plus loin dans le travail que nous menons.
Soutenez-nous en vous abonnant ! S’abonner, c’est permettre à un nouveau journalisme d’enrichir le débat public par une vision aussi objective et sans concession, qu’humaine et proche de chacun. Divercite.be ne court pas après le buzz mais relaye l’actualité telle qu’elle est, sans parti pris.
Abonnez-vous à partir de 5 euros par mois ou 59 euros par an. Vous avez aussi la possibilité de découvrir uniquement les articles qui vous intéressent pour 1 euro.
Qu’elle s’affirme fièrement, qu’elle choque, crispe ou divise, la diversité est une réalité incontournable de nos sociétés. Elle trame nos régions, villes et quartiers et donne à voir un monde où les mobilités humaines se sont intensifiées. Divercite.be est un média belge francophone qui est né pour répondre au besoin de décrypter et d’analyser ces nouvelles réalités. Sa ligne éditoriale est entièrement et exclusivement consacrée à la diversité culturelle, ethnique, cultuelle ou de genre. Nouveau dans le paysage médiatique numérique, nous avons besoin de vous pour aller plus loin dans le travail que nous menons.
Soutenez-nous en vous abonnant ! S’abonner, c’est permettre à un nouveau journalisme d’enrichir le débat public par une vision aussi objective et sans concession, qu’humaine et proche de chacun. Divercite.be ne court pas après le buzz mais relaye l’actualité telle qu’elle est, sans parti pris.
Abonnez-vous à partir de 5 euros par mois ou 59 euros par an. Vous avez aussi la possibilité de découvrir uniquement les articles qui vous intéressent pour 1 euro.
 
 

JE SUIS DÉJÀ ABONNÉ