Du 17 février 1964 à aujourd’hui : commémorations des 60 ans de la Convention belgo-marocaine de main d’œuvre

Cette année, la Belgique et le Maroc commémorent les 60 ans des accords belgo-marocains qui, en 1964, ont ouvert la voie à l’immigration de travailleurs vers la Belgique. Principalement employés dans des secteurs tels que la construction, l’industrie et les mines, la Belgique connaissait alors un fort besoin de main-d’œuvre pour sa reconstruction après le chaos de la Seconde Guerre mondiale. Comme dans toute l’Europe du Nord Ouest, cette main-d’œuvre marocaine, mais aussi turque, italienne ou algérienne devait servir la croissance économique et pallier au déficit démographique.

Une commémoration qui regarde vers l’avenir

C’est avec le projet DIMOBEL (Digital Moroccan Belgian Entrepreneurship Lab – Laboratoire digital de l’entrepreneuriat Belgo-marocain) que ces commémorations prendront une dimension nouvelle. DIMOBEL est un consortium composé de l’Université de Liège, de l’Université Mohammed Premier d’Oujda, de l’ESCA Ecole de Management à Casablanca et du Cercle des Lauréats de Belgique au Maroc.

Déjà en décembre dernier, la plateforme avait organisé une université d’automne en ligne avec différents acteurs du secteur académique, des affaires, de l’entrepreneuriat et des institutions du Maroc et de la Belgique. Mais l’évènement d‘envergure, c’est les 8 et 9 février prochain qu’il se déroulera. Un forum académique sur deux jours avec quelques 40 oratrices et orateurs dont Ilham Kadri, CEO de SYENSQO (ex-Groupe SOLVAY), Françoise Pissart, Directrice de la Fondation Roi Baudouin, Bruno Colmant, Professeur d’économie, membre de l’Académie Royale de Belgique, Ibrahim Ouassari, fondateur de Molengeek, Driss El Yazami, Président du Conseil Consultatif de la Communauté Marocaine à l’Étranger ou encore Marco Martiniello, Directeur du CEDEM à l’Université de Liège pour n’en citer que quelques-uns.

Les porteurs de projet DIMOBEL ont comme ambition de rompre avec « toute vision nostalgique ou passéiste de la migration marocaine en Belgique». La première vague d’immigration marocaine fut un socle pour les nouvelles générations et il est temps de la célébrer pour enfin mettre l’accent sur les initiatives qui comptent et font la différence en 2024 plutôt que se complaire dans un regard nostalgique tourné vers le passé.

DIMOBEL, c’est aussi un projet qui s’inscrira au-delà de cette année commémorative. La célébration des accords permettra de nourrir un projet à long terme qui servira à mettre en avant les volontés de progression qui émergent en Belgique comme au Maroc. « Les porteurs du projet chercheront à viabiliser les acquis de la commémoration en transformant DIMOBEL en un consortium pérenne d’assistance technique aux projets entrepreneuriaux d’intérêt commun au Maroc et à la Belgique », affirment Merouane Touali, Président du Cercle des Lauréats de Belgique et Hassan Bousetta, Professeur associé  à l’Université de Liège. Créer un partenariat d’égal à égal entre la Belgique et le Maroc, c’est aussi sortir d’une forme de vision ancienne de la migration exclusivement tournée vers le travail industriel. Nous ne sommes plus dans cette époque où des hommes et des femmes étaient projetés dans une société moderne dans laquelle ils ne parvenaient que difficilement à inscrire leurs singularités autant que celles de leurs enfants. L’heure est aux nouvelles générations, à leur besoin d’expression, d’épanouissement, de réalisation mais aussi de reconnaissance dans une Belgique et une Europe en pleine crise d’identité.

 Dimobel est un projet financé Commission mixte permanente Wallonie-Bruxelles-Maroc

N'hésitez pas à partager !

Laisser un commentaire

Qu’elle s’affirme fièrement, qu’elle choque, crispe ou divise, la diversité est une réalité incontournable de nos sociétés. Elle trame nos régions, villes et quartiers et donne à voir un monde où les mobilités humaines se sont intensifiées. Divercite.be est un média belge francophone qui est né pour répondre au besoin de décrypter et d’analyser ces nouvelles réalités. Sa ligne éditoriale est entièrement et exclusivement consacrée à la diversité culturelle, ethnique, cultuelle ou de genre. Nouveau dans le paysage médiatique numérique, nous avons besoin de vous pour aller plus loin dans le travail que nous menons.
Soutenez-nous en vous abonnant ! S’abonner, c’est permettre à un nouveau journalisme d’enrichir le débat public par une vision aussi objective et sans concession, qu’humaine et proche de chacun. Divercite.be ne court pas après le buzz mais relaye l’actualité telle qu’elle est, sans parti pris.
Abonnez-vous à partir de 5 euros par mois ou 59 euros par an. Vous avez aussi la possibilité de découvrir uniquement les articles qui vous intéressent pour 1 euro.
Qu’elle s’affirme fièrement, qu’elle choque, crispe ou divise, la diversité est une réalité incontournable de nos sociétés. Elle trame nos régions, villes et quartiers et donne à voir un monde où les mobilités humaines se sont intensifiées. Divercite.be est un média belge francophone qui est né pour répondre au besoin de décrypter et d’analyser ces nouvelles réalités. Sa ligne éditoriale est entièrement et exclusivement consacrée à la diversité culturelle, ethnique, cultuelle ou de genre. Nouveau dans le paysage médiatique numérique, nous avons besoin de vous pour aller plus loin dans le travail que nous menons.
Soutenez-nous en vous abonnant ! S’abonner, c’est permettre à un nouveau journalisme d’enrichir le débat public par une vision aussi objective et sans concession, qu’humaine et proche de chacun. Divercite.be ne court pas après le buzz mais relaye l’actualité telle qu’elle est, sans parti pris.
Abonnez-vous à partir de 5 euros par mois ou 59 euros par an. Vous avez aussi la possibilité de découvrir uniquement les articles qui vous intéressent pour 1 euro.
 
 

JE SUIS DÉJÀ ABONNÉ