La folle mécanique de la confiscation du pouvoir au sein de l’EMB (1/3)

La situation au sein de l’Exécutif est sous haute tension. D’une certaine manière, l’institution est en crise permanente depuis sa création en 1999. Mais les dernières années ont apporté leur lot de nouveaux problèmes. Le Premier Ministre Alexander De Croo a lui-même récemment alimenté l’inquiétude en avançant à la Chambre des Représentants: « Soyons clairs: si l’Exécutif des musulmans travaille avec de l’argent public, il ne peut y avoir aucun doute sur la façon dont ces moyens sont utilisés. Ce genre de magouilles, on mérite mieux que cela dans notre pays« . En réaction, l’EMB a annoncé son intention de ne plus solliciter le subside de fonctionnement de 500.000€ que lui attribuait le gouvernement fédéral. Tout cela, pour lutter contre l’ingérence gouvernementale dans les affaires du culte musulman.

La semaine dernière, DiverCite.be a fait le point sur ce dossier (Voir ici). Nous allons continuer au cours des prochaines semaines à décrypter pour vous les enjeux de ce conflit. Aujourd’hui, nous abordons un premier volet de cette situation tumultueuse: celui qui concerne l’asbl de gestion de l’EMB (1). Trois hommes, membres de l’Exécutif des Musulmans de Belgique depuis 2014, Mohammed El Morabit, Abdelilah M’Rabat Abdellaoui et Mohammed El Farhaui, ont en effet récemment décidé porter plainte contre l’Exécutif et demandent, par citation judiciaire en référé, la désignation d’un administrateur provisoire pour l’asbl de gestion. Par cette initiative, ils veulent faire  toute la lumière sur ce qu’ils estiment être des dysfonctionnements graves au sein de l’institution. Divercite.be a recueilli le témoignage exclusif de l’un des plaignants: Mohammed El Farhaui.

Suite ici

(1) Le Collège de l’Exécutif des Musulmans de Belgique est une asbl créée en 2008 mais dont le rôle va devenir central à partir de 2016 dans la gestion du temporel du culte musulman.

N'hésitez pas à partager !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.