L’artiste Joséphine Baker (1906-1975), première femme noire à faire son entrée au Panthéon

©Photo: AFP

Joséphine Baker sera la première femme noire à faire son entrée au Panthéon. Ainsi en a décidé le Président de la République française Emmanuel Macron. Il est en effet le seul habilité à sélectionner ceux qui rejoindront ce haut lieu de mémoire et mausolée des personnalités qui ont marqué l’histoire de France. Après Simone Veil et l’écrivain Maurice Genevoix, Joséphine Baker est la troisième personnalité mise à l’honneur par le Président Macron.

Joséphine Baker est née en 1906, à Saint Louis, dans le Missouri. Issue d’une famille pauvre afro-américaine, amérindienne et espagnole, c’est en France où elle débarque en 1925 qu’elle connaîtra le succès. En pleine Années folles, Paris découvre l’artiste dans la Revue Nègre au Théâtre des Champs Elysée. Elle connaîtra rapidement le succès comme meneuse de revue, chanteuse, danseuse et actrice de cinéma. Beaucoup connaissent encore aujourd’hui sa célèbre chanson « J’ai deux amours » qui  évoque son attachement pour son pays, les Etats-Unis, et pour Paris.

En 1938, elle devient la femme de l’industriel juif français Jean Lion. Par ce mariage qui ne durera que très peu, elle acquière la nationalité française. Avec l’arrivée des Allemands, la famille Lion est menacée et Joséphine mettra tout en oeuvre pour sauver son époux et sa belle famille en leur permettant de fuir aux Etats-Unis dès le début de la guerre. C’est un choix qu’elle se refusera à elle-même préférant poursuivre son activité aux côtés de la Résistance. Jusqu’en 1941, elle reste présente en France puis partira continuer à oeuvrer pour la France Libre au Maroc où elle avait noué des attaches profondes avant la guerre.

En 1947, elle épouse Jo Bouillon. Ils s’étaient rencontrés en 1933 lors d’un concert en Belgique. Jo Bouillon est musicien et chef d’orchestre. Elle lui dira oui dans la chapelle du Château des Milandes. Le couple partageait les même valeurs et le même amour pour les enfants. Ils ont ainsi fondé un « Village du Monde, Capitale de la Fraternité universelle ». Le dessein de Joséphine était de prouver au monde entier que des enfants d’origines et de religions différentes pouvaient partager un foyer dans la paix et l’amour.  Son attachement était tel, que lors de ses différentes tournées, elle revenait souvent avec un enfant orphelin ou nécessiteux au château des Milandes. Coréens, Japonais, Finlandais, Colombiens, Français… 12 enfants adoptés.

Toute sa vie, elle fut aussi une femme engagée.

Elle milite pour les droits civiques dans son pays d’origine. Et quand vient la guerre, elle s’engage auprès de la Croix-Rouge et soutient activement la Résistance. Son courage et son activisme lui valent différentes récompenses comme la Légion d’honneur, la Croix de guerre 1939-1945, la Médaille de la Résistance française avec rosette et d’autres encore. Jusqu’au bout, elle a refusé de chanter à Paris tant qu’elle était occupée par les Allemands.

Elle fut la première femme de couleur à devenir une star mondiale.  Reconnaissante, sa patrie d’adoption lui ouvrira son Panthéon le 30 novembre prochain.

N'hésitez pas à partager !

One thought on “L’artiste Joséphine Baker (1906-1975), première femme noire à faire son entrée au Panthéon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *