Le ministre de la justice, Vincent Van Quickenborne, prive l’EMB de sa reconnaissance « L’organisation n’est pas représentative de tous les musulmans de notre pays »

Vincent Van Quickenborne l’avait annoncé, il le fait officiellement aujourd’hui 18 février 2022. La procédure pour le retrait de la reconnaissance étatique de l’Exécutif des Musulmans de Belgique a été enclenchée.

Le ministre de la Justice a donc entamé la procédure et c’est lui-même qui l’a annoncé sur les ondes de nos confrères de Radio 1. Sa déclaration est cinglante et lapidaire à l’encontre de l’EMB, en affirmant que cet organisme « ne peut plus être un partenaire de discussion ». Les problèmes que connaît cet organe, qui représente officiellement la religion islamique en Belgique, ne sont pas nouveaux. Nous avions d’ailleurs longuement traité de cette question, notamment en donnant la parole il y a quelques mois à Mohamed El Farhaui, membre de l’Exécutif, mais aussi plus récemment à Salah Echallaoui l’ancien président.

Quelles conséquences engendre ce retrait ?

L’EMB c’est pratiquement 600.000 euros de subventions annuelles. Le retrait de la reconnaissance, c’est donc une amputation budgétaire conséquente qu’il sera difficile de retrouver via d’autres canaux, même si l’évocation d’une aide des mosquées avait été avancée et estimée à 300.000 euros. 

Les lacunes que  le ministre Van Quickenborne relève sont multiples et s’inscrivent dans un bras de fer qui dure depuis des années. Les instances politiques regrettent en premier lieu le manque de transparence et nourrissent la suspicion d’interférences très fortes avec la Turquie et le Maroc . 

A cela, s’ajoute un rapport remis par la sûreté de l’Etat au ministre de la Justice sur Mehmet Ustun, son président actuel, et qui ferait mention de positions « extrémistes ». Tous ces éléments pris dans leur ensemble, les opportunités manquées et la main tendue du ministre n’ont fait qu’exhorter ce dernier à aller jusqu’au bout de sa menace, à savoir la confiscation de la subvention, mais aussi le retrait de la reconnaissance officielle qui y était adjacente.

« L’organisation n’est pas représentative de tous les musulmans de notre pays », dira-t-il non sans observer que l’organe est composé d’une vieille génération de représentants dans lesquels les plus jeunes ne se reconnaissent pas. Vincent Van Quickenborne avoue également que le dialogue avec l’institution est tellement difficile, qu’il en est devenu impossible.

Proposition de renouvellement qui n’a guère convaincu

Une liste de nouveaux membres a été pourtant soumise au ministre, mais elle ne l’a pas satisfait. Pas assez de femmes, pas de possibilité de désigner des musulmans non impliqués dans les mosquées et issus d’autres sensibilités de l’Islam, préférences ethniques au détriment des compétences, etc. Et le ministre de relever que ces problèmes récurrents sont à la base de l’ingérence étrangère.

Dans son entretien à la radio, Monsieur Van Quickenborne affirme que « les États fédéraux peuvent toujours reconnaître les mosquées individuelles » et reconnaît un droit de réponse de l’Exécutif.

 

N'hésitez pas à partager !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Qu’elle s’affirme fièrement, qu’elle choque, crispe ou divise, la diversité est une réalité incontournable de nos sociétés. Elle trame nos régions, villes et quartiers et donne à voir un monde où les mobilités humaines se sont intensifiées. Divercite.be est un média belge francophone qui est né pour répondre au besoin de décrypter et d’analyser ces nouvelles réalités. Sa ligne éditoriale est entièrement et exclusivement consacrée à la diversité culturelle, ethnique, cultuelle ou de genre. Nouveau dans le paysage médiatique numérique, nous avons besoin de vous pour aller plus loin dans le travail que nous menons.
Soutenez-nous en vous abonnant ! S’abonner, c’est permettre à un nouveau journalisme d’enrichir le débat public par une vision aussi objective et sans concession, qu’humaine et proche de chacun. Divercite.be ne court pas après le buzz mais relaye l’actualité telle qu’elle est, sans parti pris.
Abonnez-vous à partir de 5 euros par mois ou 59 euros par an. Vous avez aussi la possibilité de découvrir uniquement les articles qui vous intéressent pour 1 euro.
Qu’elle s’affirme fièrement, qu’elle choque, crispe ou divise, la diversité est une réalité incontournable de nos sociétés. Elle trame nos régions, villes et quartiers et donne à voir un monde où les mobilités humaines se sont intensifiées. Divercite.be est un média belge francophone qui est né pour répondre au besoin de décrypter et d’analyser ces nouvelles réalités. Sa ligne éditoriale est entièrement et exclusivement consacrée à la diversité culturelle, ethnique, cultuelle ou de genre. Nouveau dans le paysage médiatique numérique, nous avons besoin de vous pour aller plus loin dans le travail que nous menons.
Soutenez-nous en vous abonnant ! S’abonner, c’est permettre à un nouveau journalisme d’enrichir le débat public par une vision aussi objective et sans concession, qu’humaine et proche de chacun. Divercite.be ne court pas après le buzz mais relaye l’actualité telle qu’elle est, sans parti pris.
Abonnez-vous à partir de 5 euros par mois ou 59 euros par an. Vous avez aussi la possibilité de découvrir uniquement les articles qui vous intéressent pour 1 euro.
 
 

JE SUIS DÉJÀ ABONNÉ