Maroc et Israël : Des liens renforcés par un accord signé à Rabat

10 décembre 2020 : Une date qui restera importante dans le monde arabe, pour son histoire et pour le tournant géopolitique des relations entre deux pays dont les liens filiaux sont surement parmi les plus étroits au monde. Le 10 décembre 2020 est le jour où le Maroc devenait le quatrième pays arabe ( après les Émirats arabes unis, Bahreïn et le Soudan et sous l’impulsion de Donald Trump  alors président des États-Unis) à normaliser ses relations avec Israël.

Si les liens entre les deux pays ont fini par être contractualisés il y a deux ans, cela ne veut pas dire qu’il n’existait pas déjà des relations importantes entre les deux pays. Selon les derniers chiffres officiels, il y aurait 800 000 juifs marocains vivant en Israël et plusieurs milliers encore au Maroc.

Alors, pourquoi un accord en bonne et due forme ? Il fut longuement commenté que cette normalisation des relations entre Rabat et Tel-Aviv était conditionnée par le Maroc d’une reconnaissance par Washington de la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental. Dans ce combat vieux de 47 ans que mène le Maroc contre le Front Polisario, bénéficier de l’appui des Américains n’est pas une chose anodine.

Hier, mardi 17 janvier, les deux pays sont entrés dans une nouvelle ère de leurs relations privilégiées.

Selon des sources qui émanent de l’armée marocaine, le Maroc et Israël ont convenu de renforcer leur coopération militaire en l’élargissant notamment au renseignement et à la cybersécurité. Domaines où les Israéliens sont parmi les plus à la pointe au monde.

En plus du renseignement, les accords signés à Rabat stipulent un renforcement de la coopération avec un focus sur la défense aérienne et la guerre électronique. Tsahal a développé des technologies inégalables à ce niveau et sur le site du ministère de la défense israélien on peut lire “Nous n’entrerons pas dans les détails des capacités de l’ennemi, mais nous sommes capables de faire face à tout ce qu’ils possèdent.” Des capacités donc, si elles sont partagées avec le Maroc, feront du royaume une force nouvelle dans le Maghreb.

Ces annonces ont été faites dans un communiqué de presse que l’état-major des Forces armées royales marocaines a détaillé. Dans la capitale marocaine, depuis lundi, des réunions entre des représentants des deux États se sont succédé afin d’organiser les modalités du partenariat.

La rencontre a été co-présidée par l’inspecteur général des Forces armées royales( FAR) Belkhir El Farouk, et le directeur du bureau des affaires politico-militaires du ministère de la Défense israélien, Dror Shalom.

Dans le détail,  la coopération prendra la forme d’un échange d’informations en lien avec la logistique, la formation, les entraînements, mais aussi  « l‘acquisition et la modernisation des équipements », selon le communiqué de presse marocain qui poursuit en affirmant que cette « coopération, porteuse d’intérêts mutuels et basée sur la confiance et le soutien réciproque ». Propos tenu par Belkhir El Farouk, le numéro deux de l’armée marocaine.

Cet accord signé en ce début 2023 est l’aboutissement de discussions qui, en novembre 2021, avaient amené le ministre israélien de la Défense de l’époque, Benny Gantz, à chapeauter le premier protocole d’accord encadrant les relations entre les deux nations. En juillet de la même année, Aviv Kochavi, ex-patron de l’armée, s’était rendu au Maroc faisant de sa venue une première historique dans le pays.

Depuis décembre 2020 et la mise en place des accords d’Abraham (processus  de normalisation des relations entre l’État hébreu et plusieurs pays arabes avec l’appui des Américains), l’Algérie nourrit un ressentiment encore plus âpre envers son voisin situé à l’ouest de ses frontières. L’Algérie, inconditionnelle soutien des Palestiniens, voit en ce rapprochement une raison de plus de désaccord, qui s’ajoute à celui en lien avec le Sahara occidental et cela depuis les années 1970.

 

N'hésitez pas à partager !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Qu’elle s’affirme fièrement, qu’elle choque, crispe ou divise, la diversité est une réalité incontournable de nos sociétés. Elle trame nos régions, villes et quartiers et donne à voir un monde où les mobilités humaines se sont intensifiées. Divercite.be est un média belge francophone qui est né pour répondre au besoin de décrypter et d’analyser ces nouvelles réalités. Sa ligne éditoriale est entièrement et exclusivement consacrée à la diversité culturelle, ethnique, cultuelle ou de genre. Nouveau dans le paysage médiatique numérique, nous avons besoin de vous pour aller plus loin dans le travail que nous menons.
Soutenez-nous en vous abonnant ! S’abonner, c’est permettre à un nouveau journalisme d’enrichir le débat public par une vision aussi objective et sans concession, qu’humaine et proche de chacun. Divercite.be ne court pas après le buzz mais relaye l’actualité telle qu’elle est, sans parti pris.
Abonnez-vous à partir de 5 euros par mois ou 59 euros par an. Vous avez aussi la possibilité de découvrir uniquement les articles qui vous intéressent pour 1 euro.
Qu’elle s’affirme fièrement, qu’elle choque, crispe ou divise, la diversité est une réalité incontournable de nos sociétés. Elle trame nos régions, villes et quartiers et donne à voir un monde où les mobilités humaines se sont intensifiées. Divercite.be est un média belge francophone qui est né pour répondre au besoin de décrypter et d’analyser ces nouvelles réalités. Sa ligne éditoriale est entièrement et exclusivement consacrée à la diversité culturelle, ethnique, cultuelle ou de genre. Nouveau dans le paysage médiatique numérique, nous avons besoin de vous pour aller plus loin dans le travail que nous menons.
Soutenez-nous en vous abonnant ! S’abonner, c’est permettre à un nouveau journalisme d’enrichir le débat public par une vision aussi objective et sans concession, qu’humaine et proche de chacun. Divercite.be ne court pas après le buzz mais relaye l’actualité telle qu’elle est, sans parti pris.
Abonnez-vous à partir de 5 euros par mois ou 59 euros par an. Vous avez aussi la possibilité de découvrir uniquement les articles qui vous intéressent pour 1 euro.
 
 

JE SUIS DÉJÀ ABONNÉ