2024, année de tous les dangers

Guy Buchsenschmidt
Guy Buchsenschmidt

 

Le 9 novembre 1989 le mur de Berlin s’écroulait. Dans la foulée, le 26 décembre 1991, nous assistions à  l’effondrement de l’URSS. L’espoir naissait enfin d’une société apaisée, réunie, libérée des perspectives de la guerre. Un monde pacifié, et sous tutelle des gendarmes du Monde : les États-Unis. Trente-cinq ans plus tard, la donne a changé. Le 11 septembre 2001, notamment, est passé par là. Mais pas seulement.

Le conflit Ukraine – Russie est à son paroxysme et son issue est plus que jamais incertaine. Si la Russie défait l’Ukraine, qui sait ce que fera le boucher du Kremlin ? Les pays baltes tremblent. La Pologne réarme. La France gesticule. L’Allemagne se drape sous les oripeaux de la diplomatie, et veille à conserver son indépendance énergétique. La menace de l’emploi d’armes nucléaires (ne fût-ce que tactiques) se précise. Comme à son habitude, l’Union européenne se satisfait de discours lénifiants.

À Pyongyang (Corée du Nord), le Docteur Folamour persiste à assister avec délectation aux tirs de missiles balistiques, tandis qu’une partie de son peuple crève de misère et de faim. Une des dernières dictatures, mais qui a la vie dure.

En Afghanistan, les talibans poursuivent leur projet mortifère : installer la Charia, réduire les femmes à de simples objets reproducteurs (et sexuels), leur interdire l’accès à l’enseignement, les vassaliser de la manière la plus abjecte.

La Chine lorgne sur Taïwan, multiplie les provocations et attend son heure. À terme, doit-on s’attendre à une confrontation musclée entre la Chine et les États-Unis ?

En Europe, les élections verront vraisemblablement la montée des fronts d’extrême droite, quasiment tous anti-européens et nationalistes. À la clé, un blocage des institutions européennes qui ont déjà bien du mal à fonctionner de manière efficace et efficiente.

En République « démocratique » du Congo, l’Est est un véritable théâtre de guerre, dont l’acteur principal (mais pas le seul) est le mouvement M23, soutenu par des pays voisins dont au premier chef le Rwanda. Pillage des ressources, massacres, viols, déportations. Un véritable cataclysme dont la communauté internationale se désintéresse de façon incompréhensible.

En Iran, la condition des femmes est de plus en plus précaire, en dépit d’un mouvement de contestation grandissant que nous ne pouvons qu’encourager.

Yémen : un conflit auparavant « oublié ». Mais les rebelles Houthis se rappellent à notre bon souvenir, menaçant le trafic en mer Rouge. Soutenus par l’Iran.

Au sahel, les groupes djihadistes progressent, inexorablement. Le départ des Français laisse le champ libre aux Chinois et aux Russes. La nature a horreur du vide.

La Belgique devrait se réarmer, dans la perspective des années tumultueuses qui nous attendent. Mais non. Au palmarès des nations de l’OTAN (la norme est de 2 % du PIB pour les dépenses de défense), notre pays est le dernier.

Aux États-Unis : une élection à haut risque. Si Trump mèche folle est empêché (justice), ne nous faisons pas d’illusion, ses sympathisants réagiront de façon brutale. S’il est éligible, mais non élu, idem… S’il est finalement élu – scénario catastrophe – il faudra s’attendre à des décisions absurdes et lourdes de sens : fin du support à l’Ukraine, diminution drastique de la contribution US à l’OTAN, isolationnisme, montée de la tension envers la Chine, etc.

Jeux olympiques de Paris : on nage dans l’absurde. La déclaration de la maire de Paris comme quoi les Russes et Biélorusses sont « persona non grata » aux jeux est totalement irresponsable. Cette position relève de la responsabilité du Ministre de l’Intérieur, du Ministre des Affaires étrangères, et à la limite, de la très controversée Ministre des sports, des jeux olympiques et paralympiques. En ce qui concerne la sécurité, notamment de la cérémonie d’ouverture, citons un éminent spécialiste de la criminologie, Alain Bauer : « c’est une folie criminelle ». Affaire à suivre.

Dans un autre registre, il faut s’attendre à des conséquences dévastatrices du dérèglement climatique, n’en déplaise aux fous furieux qui continuent à nier ce phénomène.

L’immigration (clandestine ou non) reste un sujet de préoccupation. Un sujet très controversé à propos duquel nous reviendrons dans un prochain article.

Enfin, la démographie. La Chine, la Russie et l’Occident sont en décroissance démographique. À l’inverse, l’Inde (le pays le plus peuplé au monde, devant la Chine), l’Indonésie et l’Afrique connaissent une croissance démographique exponentielle. Un phénomène qui à terme, se soldera par des effets néfastes pour nous, Européens.

En conclusion : restons positifs, mais lucides. Le monde change, nous en sommes aussi les acteurs. Réfléchissons, agissons.

Par le lieutenant général e.r. Guy Buchsenschmidt. Ancien Commandant de l’Eurocorps. Vice-Président de la société européenne de défense

 

N'hésitez pas à partager !

Laisser un commentaire

Qu’elle s’affirme fièrement, qu’elle choque, crispe ou divise, la diversité est une réalité incontournable de nos sociétés. Elle trame nos régions, villes et quartiers et donne à voir un monde où les mobilités humaines se sont intensifiées. Divercite.be est un média belge francophone qui est né pour répondre au besoin de décrypter et d’analyser ces nouvelles réalités. Sa ligne éditoriale est entièrement et exclusivement consacrée à la diversité culturelle, ethnique, cultuelle ou de genre. Nouveau dans le paysage médiatique numérique, nous avons besoin de vous pour aller plus loin dans le travail que nous menons.
Soutenez-nous en vous abonnant ! S’abonner, c’est permettre à un nouveau journalisme d’enrichir le débat public par une vision aussi objective et sans concession, qu’humaine et proche de chacun. Divercite.be ne court pas après le buzz mais relaye l’actualité telle qu’elle est, sans parti pris.
Abonnez-vous à partir de 5 euros par mois ou 59 euros par an. Vous avez aussi la possibilité de découvrir uniquement les articles qui vous intéressent pour 1 euro.
Qu’elle s’affirme fièrement, qu’elle choque, crispe ou divise, la diversité est une réalité incontournable de nos sociétés. Elle trame nos régions, villes et quartiers et donne à voir un monde où les mobilités humaines se sont intensifiées. Divercite.be est un média belge francophone qui est né pour répondre au besoin de décrypter et d’analyser ces nouvelles réalités. Sa ligne éditoriale est entièrement et exclusivement consacrée à la diversité culturelle, ethnique, cultuelle ou de genre. Nouveau dans le paysage médiatique numérique, nous avons besoin de vous pour aller plus loin dans le travail que nous menons.
Soutenez-nous en vous abonnant ! S’abonner, c’est permettre à un nouveau journalisme d’enrichir le débat public par une vision aussi objective et sans concession, qu’humaine et proche de chacun. Divercite.be ne court pas après le buzz mais relaye l’actualité telle qu’elle est, sans parti pris.
Abonnez-vous à partir de 5 euros par mois ou 59 euros par an. Vous avez aussi la possibilité de découvrir uniquement les articles qui vous intéressent pour 1 euro.
 
 

JE SUIS DÉJÀ ABONNÉ