Bangladesh : Anwara Islam Rani, candidate transgenre, face à Sheikh Hasina Première ministre depuis 14 ans

Anwara Islam Rani, une candidate transgenre espère se faire une place dans le paysage politique du Bangladesh dès ce dimanche et devenir ainsi une des rares voix d’opposition dans un Parlement qui refuse de céder sa place.

Le Bangladesh vote ce 7 janvier pour des législatives qui assureront d’offrir à Sheikh Hasina, l’actuelle Première ministre, un cinquième mandat, après que tous les autres partis d’oppositions aient été neutralisés. En fonction depuis 14 ans, Sheikh Hasina est la fille du Sheikh Mujibur Rahman, le « père de la nation » et le premier président du Bangladesh. Aujourd’hui âgée de 76 ans, elle demandera ce dimanche à vingt millions de ces concitoyens de se déplacer vers les urnes pour élire des députés qui désigneront à leur tour le Premier ministre, mais personne n’attend de surprise. La Première ministre du pays, au pouvoir sans interruption depuis 2009, sera reconduite pour un nouveau mandat.

Selon l’opposition, Sheikh Hasina, la fille du révolutionnaire mort assassiné en 1975 (et qui se battait âprement contre les forces armées au pouvoir à l’époque) s’emploie à éradiquer toute forme de démocratie en faisant des élections un « simulacre ».

Le Bangladesh, malgré ses progrès économiques et sociaux au fil des années, reste confronté à une grande pauvreté. La démographie, les catastrophes naturelles (inondations, cyclones…) à répétition contribuent à garder la population dans des conditions économiques difficiles. Ces dernières années, des initiatives telles que le microcrédit, popularisé par le lauréat du prix Nobel Muhammad Yunus et la Grameen Bank, ont participé à améliorer la vie de certains d’entre-deux en leur offrant des possibilités d’accès aux financements, mais la population reste encore  parmi la plus pauvre au monde.

La principale formation d’opposition, le Bangladesh Nationalist Party (BNP),  boycottera les élections.  Elle avait proposé de nommer un gouvernement intérimaire neutre pour travailler à la transparence et l’équité du scrutin mais la demande a été rejetée par le gouvernement. Cette méthode a été bannie en 2011 par le gouvernement de Sheikh Hasina, après que la Cour suprême l’ait jugée « anticonstitutionnelle ».

Une candidate transgenre aux élections à sens unique au Bangladesh

C’est la surprise de ces élections jouées d’avance. Anwara Islam Rani, 31 ans, espère une victoire surprise qui ferait d’elle une « rare voix d’opposition au Parlement après la fermeture des bureaux de vote dimanche » affirme-t-elle. La candidate attire des centaines de personnes à ses rassemblements et avance qu’elle a « le soutien nécessaire pour triompher (…). J’ai reçu des réponses incroyablement positives de la part des électeurs. Une victoire est possible si le vote est libre et équitable et si les gens peuvent voter dans une atmosphère paisible. »

Mais des dizaines de partis d’oppositions ont boycotté les élections pour qui « elles ne seront ni libres ni équitables ». On reprend les mêmes et on recommence dans les « irrégularités généralisées des scrutins précédents remportés par le Premier ministre Sheikh Hasina », affirmera l’opposition.

Anwara Rani a travaillé jusqu’ici comme militante et organisatrice de campagnes pour les droits des transgenres. Elle est soutenue par un groupe de partisans qui l’aide à organiser ses meetings et l’accompagne sur les marchés et les lieux de rassemblements.

Née dans une famille conservatrice et dans un pays  en grande majorité musulman, elle a déclaré que ses proches soutenaient sa campagne et elle compte travailler pour que son pays « puisse bénéficier de meilleurs soins de santé et opportunités d’emploi ». Soutenue dans sa circonscription de la ville de Rangpur (nord du pays) malgré une « campagne de diffamation » qui s’est mise en place.

« Mon adversaire a tenté d’influencer l’opinion publique en affirmant que l’élection d’un député transgenre nuirait à la réputation de Rangpur aux niveaux national et international », a-t-elle déclaré.

Lutte pour une société inclusive

Les femmes transgenres, appelées « hijra » dans tout le sous-continent asiatique, ont bénéficié d’une reconnaissance juridique croissante au Bangladesh au cours de la dernière décennie, où elles sont officiellement reconnues comme un troisième sexe. Les membres de la communauté continuent de lutter pour leurs droits fondamentaux et leur acceptation, dépourvus de droits de propriété et de mariage, et souvent confrontés à la discrimination en matière d’emploi. Plusieurs sont entrés dans la politique bangladaise, une femme transgenre d’une ville rurale devenant le premier membre de la communauté à être élue maire du pays en 2021. Rani a déclaré que sa campagne espérait « ouvrir les portes aux générations futures », qu’elle gagne ou non.

« Elle n’est pas seulement une candidate pour nous, elle est un symbole de la lutte pour la dignité et l’égalité et aussi pour la lutte pour une société inclusive » dira l’un de ses partisans.

Malika Madi avec AFP

N'hésitez pas à partager !

Laisser un commentaire

Qu’elle s’affirme fièrement, qu’elle choque, crispe ou divise, la diversité est une réalité incontournable de nos sociétés. Elle trame nos régions, villes et quartiers et donne à voir un monde où les mobilités humaines se sont intensifiées. Divercite.be est un média belge francophone qui est né pour répondre au besoin de décrypter et d’analyser ces nouvelles réalités. Sa ligne éditoriale est entièrement et exclusivement consacrée à la diversité culturelle, ethnique, cultuelle ou de genre. Nouveau dans le paysage médiatique numérique, nous avons besoin de vous pour aller plus loin dans le travail que nous menons.
Soutenez-nous en vous abonnant ! S’abonner, c’est permettre à un nouveau journalisme d’enrichir le débat public par une vision aussi objective et sans concession, qu’humaine et proche de chacun. Divercite.be ne court pas après le buzz mais relaye l’actualité telle qu’elle est, sans parti pris.
Abonnez-vous à partir de 5 euros par mois ou 59 euros par an. Vous avez aussi la possibilité de découvrir uniquement les articles qui vous intéressent pour 1 euro.
Qu’elle s’affirme fièrement, qu’elle choque, crispe ou divise, la diversité est une réalité incontournable de nos sociétés. Elle trame nos régions, villes et quartiers et donne à voir un monde où les mobilités humaines se sont intensifiées. Divercite.be est un média belge francophone qui est né pour répondre au besoin de décrypter et d’analyser ces nouvelles réalités. Sa ligne éditoriale est entièrement et exclusivement consacrée à la diversité culturelle, ethnique, cultuelle ou de genre. Nouveau dans le paysage médiatique numérique, nous avons besoin de vous pour aller plus loin dans le travail que nous menons.
Soutenez-nous en vous abonnant ! S’abonner, c’est permettre à un nouveau journalisme d’enrichir le débat public par une vision aussi objective et sans concession, qu’humaine et proche de chacun. Divercite.be ne court pas après le buzz mais relaye l’actualité telle qu’elle est, sans parti pris.
Abonnez-vous à partir de 5 euros par mois ou 59 euros par an. Vous avez aussi la possibilité de découvrir uniquement les articles qui vous intéressent pour 1 euro.
 
 

JE SUIS DÉJÀ ABONNÉ