Chants antisémites à l’occasion de la célébration du titre de champion de Belgique de football du FC Bruges

©Photo: AFP

Ce jeudi 20 mai 2021, après un match nul (3-3) face à Anderlecht en Play-Offs1, le FC Bruges s’est adjugé le titre de champion de Belgique pour la deuxième fois consécutivement et pour la 17e fois de son histoire. C’est pourtant d’en dehors du terrain qu’est venue l’actualité. Après le match, le jeune et prometteur attaquant néerlandais Noa Lang s’est joint aux supporters brugeois en liesse pour entonner le chant antisémite: « Mieux vaut être mort que d’être un juif anderlechtois » .

Ce n’est pas la première fois que les supporters brugeois sont pointés du doigts pour ce chant. Yohan Benizri, au nom du Comité de coordination des organisations juives de Belgique le déplore dans la DH: « C’est absolument abject mais ça se répète dans le temps ». En effet, une vidéo était apparue fin 2018 montrant des images de supporters brugeois entonnant des chants violemment antisémites (« Nos parents brûlaient des juifs », etc.) lors d’un match opposant à nouveau le Club Bruges à Anderlecht en août 2018.

A l’époque, les dirigeants du club avaient réagi avec fermeté en édictant des interdictions d’accès au stade pour les supporters concernés mais aussi contre les stewards normalement sensés assurés la tranquillité des matchs. Cette fois-ci, la réaction du club fut plus que légère, cherchant avant tout à protéger le dérapage de sa jeune star. Il n’en aura pas fallu plus pour qu’une vague de réactions politiques francophones se répande en chaîne sur les réseaux sociaux. Du Président de Defi François Desmet à Georges Louis Bouchez en passant par Paul Magnette, tous y sont allés de leur commentaire. Du côté néerlandophone en revanche, peu de réactions franches. Le Président de l’Open VLD se limitant même à relayer l’indignation de la co-présidente d’Ecolo.

 

N'hésitez pas à partager !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.