Télévision française : Pourquoi Cyril Hanouna est-il dangereux ?

Dans son émission du 20 octobre dernier, Cyril Hanouna a lancé un appel à une justice expéditive pour la meurtrière de la petite Lola dans « Touche pas à mon poste », le programme qu’il anime depuis plus de 10 ans. C8, qui diffuse le contenu, par son silence, cautionne ce qui apparaît comme une véritable folie. Dans un récent billet, la chroniqueuse de France Inter, Sophia Aram est revenue sur ce moment hallucinant et inédit de télévision

Aujourd’hui, en France, c’est l’émission de Cyril Hanouna, «Touche pas à mon poste», qui tient la pôle position des émissions qui défrayent la chronique. Cyril Hanouna, 48 ans, d’origine tunisienne, anime chaque jour un débat entouré de ses chroniqueurs. Ils évoquent l’actualité médiatique, sociétale, politique… Se joignent à eux Monsieur-et-Madame-tout-le-monde qui reflètent la société française d’en bas et qui déposent les difficultés et les déconvenues de leurs vies, à l’image de celles de millions d’autres à travers la France.

Pacha sur ses ministres en prosternation devant lui, l’animateur, cassant, coupe ou recadre quiconque, parmi ses animateurs, ne partage pas la même opinion que lui. Bien loin d’un Polac qui s’abstenait d’imposer son avis pour laisser celui des autres s’exprimer, même s’il allait à l’encontre de ses principes.

Hanouna, joue la carte de la compassion, de l’altérité, se glisse dans les interstices de la vie du Français moyen et c’est là toute sa force qui se vivifie d’ailleurs chaque jour un peu plus devant les deux millions de téléspectateurs qu’il scotche devant l’écran.

Hanouna, c’est le trublion, celui qu’on n’attendait pas là, celui qui, par le plus grand des hasards, rencontre un jour Gérard Louvin, célèbre producteur français, et alors qu’il connait une traversée du désert, celui-ci relancera sa carrière. Aujourd’hui, l’homme est devenu une machine à audience. Le 22 février 2022, l’émission a battu son record avec 2,032 millions de téléspectateurs.  14 % sont des jeunes de 15 à 34 ans, 13,7 %  reflètent les 15-24 ans et 12,6 %  ont plus 50 ans.

Trop populiste, jusqu’à la remise en question des droits démocratiques

«Quand Cyril Hanouna baisse le pouce, vous êtes mort», titrait notre consœur Catherine Boullay dans l’Opinion. Elle-même citait Philippe Moreau-Chevrolet observant qu’ « À défaut d’être Président, l’étendard de C8 fonctionne déjà comme « un prince » avec « une vraie cour, construite sur un système de vassalité». Toujours dans Opinion, Stéphane Encel, grand historien des religions, en parle comme d’un «Golem audiovisuel voire Frankenstein du PAF ». Dans Marianne du 23 décembre 2021, Encel perçoit l’animateur vedette comme étant « problématique pour la démocratie ». D’ailleurs, il lui a consacré un ouvrage en 2021 ( Editions Valensin) dont le titre résume la perplexité qui est la nôtre :« Ce n’est pas que de la télé. Ce que le système Hanouna dit de la France ». L’ouvrage met en exergue la nocivité du discours décomplexé de l’homme et de ses chroniqueurs, véritables procureurs du paysage audiovisuel français.

« Big Brother omniprésent, omnipotent, omniscient et insaisissable »

Stéphane Ancel relève également que : « Ces dernières années, un Golem s’est levé. Une créature télévisuelle, façonnée par son public, ridiculise, humilie, raille dans une scénarisation orwellienne sa troupe fidèle, tel un Big Brother dur et rassurant à la fois, veillant sur sa cour et sur son peuple ».

Faiseur d’opinions, le drame pourrait être contenu si depuis quelques jours ses propos dans l’affaire du meurtre de la petite Lola, n’avaient fait grand bruit. Dans l’une de ses émissions, après la découverte du terrible drame, Hanouna, aux bords des larmes ( vraies ou feintes), appelle à la justice expéditive estimant que le procès de Dahbia, la présumée meurtrière de Lola, devait avoir lieu « immédiatement en quelques heures » et qu’il devait déboucher sur « la perpétuité directe ». Dans le replay diffusé sur les réseaux sociaux, des milliers d’internautes partagent l’avis de l’animateur, balayant d’un revers de la main les droits fondamentaux de la défense, pilier de la justice. Oui, Cyril Hanouna est dangereux. Dangereux pour la démocratie, dangereux pour l’état de droit.

 

 

 

 

 

 

N'hésitez pas à partager !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Qu’elle s’affirme fièrement, qu’elle choque, crispe ou divise, la diversité est une réalité incontournable de nos sociétés. Elle trame nos régions, villes et quartiers et donne à voir un monde où les mobilités humaines se sont intensifiées. Divercite.be est un média belge francophone qui est né pour répondre au besoin de décrypter et d’analyser ces nouvelles réalités. Sa ligne éditoriale est entièrement et exclusivement consacrée à la diversité culturelle, ethnique, cultuelle ou de genre. Nouveau dans le paysage médiatique numérique, nous avons besoin de vous pour aller plus loin dans le travail que nous menons.
Soutenez-nous en vous abonnant ! S’abonner, c’est permettre à un nouveau journalisme d’enrichir le débat public par une vision aussi objective et sans concession, qu’humaine et proche de chacun. Divercite.be ne court pas après le buzz mais relaye l’actualité telle qu’elle est, sans parti pris.
Abonnez-vous à partir de 5 euros par mois ou 59 euros par an. Vous avez aussi la possibilité de découvrir uniquement les articles qui vous intéressent pour 1 euro.
Qu’elle s’affirme fièrement, qu’elle choque, crispe ou divise, la diversité est une réalité incontournable de nos sociétés. Elle trame nos régions, villes et quartiers et donne à voir un monde où les mobilités humaines se sont intensifiées. Divercite.be est un média belge francophone qui est né pour répondre au besoin de décrypter et d’analyser ces nouvelles réalités. Sa ligne éditoriale est entièrement et exclusivement consacrée à la diversité culturelle, ethnique, cultuelle ou de genre. Nouveau dans le paysage médiatique numérique, nous avons besoin de vous pour aller plus loin dans le travail que nous menons.
Soutenez-nous en vous abonnant ! S’abonner, c’est permettre à un nouveau journalisme d’enrichir le débat public par une vision aussi objective et sans concession, qu’humaine et proche de chacun. Divercite.be ne court pas après le buzz mais relaye l’actualité telle qu’elle est, sans parti pris.
Abonnez-vous à partir de 5 euros par mois ou 59 euros par an. Vous avez aussi la possibilité de découvrir uniquement les articles qui vous intéressent pour 1 euro.
 
 

JE SUIS DÉJÀ ABONNÉ