« C’était la guerre d’Algérie »sur France 2 les 14 et 15 mars 2022, un documentaire de Benjamin Stora et Georges-Marc Benamou

1962-2022 60e anniversaire de la fin de la guerre d’Algérie. A l’occasion de cette date anniversaire, France 2, en partenariat avec France Inter, propose ces 14 et 15 mars deux soirées spéciales avec une série documentaire de Georges-Marc Benamou co-écrite avec  l’historien français Benjamin Stora.

La guerre d’Algérie, depuis son indépendance en 1962, a inspiré un nombre important d’écrivains, de cinéastes et d’artistes en tous genres. Films, chants, peintures, romans, essais, pièces théâtre… Beaucoup d’images, de versions ont été livrées depuis six décennies. La tâche est fastidieuse aussi, dans le cadre de cette date anniversaire particulière, Georges-Marc Benamou et Benjamin Stora tentent le prisme de l’originalité pour relever le défi de la nouveauté.

À partir d’archives rares, restaurées et colorisées, C’était la guerre d’Algérie se veut un film qui traite de ce pan de l’histoire tragique franco-algérienne.  Les choses seront dites sans tabous nous promet-on. Le synopsis  « tous les tabous de cette guerre sans nom seront abordés : les tabous de la colonisation française, et de ses promesses non tenues ; mais aussi les tabous d’une histoire algérienne méconnue, avec ses vainqueurs et ses victimes »

Si la guerre a officiellement débuté le 1 novembre 1954, neuf plus tôt, en 1945, de terribles massacres déjà avaient eu lieu à Sétif, Guelma et Kherrata. Des répressions sanglantes suites aux manifestations nationalistes, indépendantistes et anti-colonialistes des algériens.

De 1830 à 1962 :

132 ans de présence française en Algérie ? Coloniser, c’est avant tout peupler.

Pendant 132 ans, la France n’aura de cesse d’avoir pour dessein de faire de l’Algérie un département français. Ignorant les besoins et les attentes des autochtones, pratiquant à leur encontre injustices, intimidations, humiliations, avilissements… Un but suprême de la France: assimiler la terre d’Algérie à la sienne. Le France coloniale, dès le XIXème siècle, s’est empressée de favoriser le développement du pays en ouvrant ses frontières aux migrants venus de la métropole et souvent des Pyrénées-Orientales, des Hautes-Alpes et de Corse mais aussi d’Italie, d’Espagne ou encore de Malte. Plus tard, c’est eux que l’on définira de pieds-noirs. Fermiers, chefs d’entreprise, propriétaires agricoles, élites intellectuelles… pour contrebalancer le poids numérique des « indigènes musulmans ».

Rendez-vous manqué donc avec les « Français musulmans » qui telle une cocotte-minute arrive un jour à la limite du supportable pour exploser une première fois le 8 mai 1945, annonce d’une guerre à venir avec son épilogue le 19 mars 1962.

Georges-Marc Benamou et Benjamin Stora écriront dans une note d’intention : « Raconter la guerre d’Algérie sans tabou : « En France, un certain nombre de films ou de documentaires ont traité de la guerre d’Algérie, en évoquant les débuts des « événements », le sort des « appelés », la bataille d’Alger, le massacre du 5 juillet d’Oran, l’exode des pieds-noirs, le massacre des harkis… Mais, curieusement, rien d’aussi exhaustif n’a été produit depuis trente ans sur cette tragédie algérienne. La guerre et ses différentes phases, ses prémices, ses ruptures, ses surprises, ses secrets toujours enfouis. Comme si la guerre d’Algérie restait un peu tabou. »

« C’était la guerre d’Algérie », une série documentaire sur France 2 les 14 et 15 mars 2022.

N'hésitez pas à partager !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Qu’elle s’affirme fièrement, qu’elle choque, crispe ou divise, la diversité est une réalité incontournable de nos sociétés. Elle trame nos régions, villes et quartiers et donne à voir un monde où les mobilités humaines se sont intensifiées. Divercite.be est un média belge francophone qui est né pour répondre au besoin de décrypter et d’analyser ces nouvelles réalités. Sa ligne éditoriale est entièrement et exclusivement consacrée à la diversité culturelle, ethnique, cultuelle ou de genre. Nouveau dans le paysage médiatique numérique, nous avons besoin de vous pour aller plus loin dans le travail que nous menons.
Soutenez-nous en vous abonnant ! S’abonner, c’est permettre à un nouveau journalisme d’enrichir le débat public par une vision aussi objective et sans concession, qu’humaine et proche de chacun. Divercite.be ne court pas après le buzz mais relaye l’actualité telle qu’elle est, sans parti pris.
Abonnez-vous à partir de 5 euros par mois ou 59 euros par an. Vous avez aussi la possibilité de découvrir uniquement les articles qui vous intéressent pour 1 euro.
Qu’elle s’affirme fièrement, qu’elle choque, crispe ou divise, la diversité est une réalité incontournable de nos sociétés. Elle trame nos régions, villes et quartiers et donne à voir un monde où les mobilités humaines se sont intensifiées. Divercite.be est un média belge francophone qui est né pour répondre au besoin de décrypter et d’analyser ces nouvelles réalités. Sa ligne éditoriale est entièrement et exclusivement consacrée à la diversité culturelle, ethnique, cultuelle ou de genre. Nouveau dans le paysage médiatique numérique, nous avons besoin de vous pour aller plus loin dans le travail que nous menons.
Soutenez-nous en vous abonnant ! S’abonner, c’est permettre à un nouveau journalisme d’enrichir le débat public par une vision aussi objective et sans concession, qu’humaine et proche de chacun. Divercite.be ne court pas après le buzz mais relaye l’actualité telle qu’elle est, sans parti pris.
Abonnez-vous à partir de 5 euros par mois ou 59 euros par an. Vous avez aussi la possibilité de découvrir uniquement les articles qui vous intéressent pour 1 euro.
 
 

JE SUIS DÉJÀ ABONNÉ