Drogue : Alliance des ports européens pour endiguer l’arrivée de la cocaine

Anvers est le principal point d’entrée de la cocaïne sur le continent européen. En janvier dernier, une « Alliance des ports » pour harmoniser les mesures de sécurité contre le trafic de drogue s’est mise en place pour tenter d’enrayer ce fléau qui fait chaque année des victimes chez les consommateurs comme chez les trafiquants.

« Il faut un réseau pour combattre un réseau. Les succès réussis contre les criminels dans un seul port ne feront que les déplacer vers d’autres ports« , a déclaré la commissaire européenne suédoise aux Affaires intérieures, Ylva Johansson.

La cocaïne qui arrive chez nous depuis l’Amérique latine inonde le marché européen. Les saisies explosent en Europe, « mais les prix  n’augmentent pas, ce qui montre que le flux de drogue ne fait que croître« , relève Madame Johansson.

L’Alliance des ports européens est destinée à créer un partenariat entre les autorités portuaires, les douanes, les polices et les compagnies de transport maritime notamment. Les principaux ports à conteneurs européens étaient représentés en janvier pour le lancement de cette alliance dont ceux de Rotterdam, Hambourg, Algésiras, Marseille et d’Anvers.

« La complexité du paysage criminel ne fait qu’augmenter. C’est évident pour moi que nous ne pourrons pas réussir si nous nous concentrons uniquement sur le niveau national« , a souligné la ministre belge de l’Intérieur, Annelies Verlinden.

Les grands ports sont la cible de mafias locales, qui n’hésitent pas à corrompre dockers, agents portuaires ou chauffeurs routiers, douaniers et policiers parfois, afin de laisser les « petites mains » récupérer la drogue dans les conteneurs.

Dans le gigantesque port d’Anvers, « grand comme 20.000 terrains de football », les saisies ont battu un nouveau record, avec 116 tonnes interceptées en 2023. Anvers est régulièrement secouée par des violences liées aux gangs qui se disputent un trafic colossal.

La hausse du trafic dans le port d’Anvers a été consécutive au renforcement de la sécurité dans celui de Rotterdam, note encore la commissaire suédoise. « Désormais Anvers intensifie la lutte anti-drogue, et il semble que le trafic aille aussi vers des ports plus petits. Par exemple il y a des indications que davantage de drogue arrive à Helsingborg en Suède », a-t-elle indiquée à l’ AFP.

Même phénomène au départ de la drogue en Amérique latine, selon elle : après les mesures prises par les ports colombiens, celui de Guayaquil en Équateur est devenu le point majeur d’exportation vers l’Europe de la cocaïne produite en Colombie et au Pérou voisin.

Dans l’UE, près de 70% des saisies de drogues réalisées par les douanes se font dans les ports.

« Nous avons besoin de plus de coopération, pas seulement avec la police et les douanes, mais aussi avec les acteurs privés dans les ports« , souligne Ylva Johansson.

Le phénomène de la corruption au sein des ports liés au trafic de drogue « est aussi un risque pour le commerce légal, donc personne n’a envie de ça », insiste-t-elle.

Pour le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, il est crucial d’avoir un même niveau de sécurité dans tous les ports de l’UE afin de respecter une « concurrence loyale ». Car ces contrôles prennent du temps, peuvent retarder l’activité commerciale et affaiblir l’attractivité économique d’un port.

Au sein de l’Alliance, les participants échangeront des informations et bonnes pratiques pour sécuriser les ports, cartographier les flux et démanteler les réseaux criminels.

L’UE apportera 200 millions d’euros pour aider les douanes à se doter d’équipements modernes pour scanner les conteneurs.

Outre les flux arrivant par conteneurs dans les grands ports du nord de l’Europe, un autre mode opératoire consiste pour les trafiquants à acheminer la drogue vers l’Afrique de l’Ouest ou du Nord, où elle est chargée sur des plus petits bateaux à destination de ports situés en Espagne notamment.

Du côté de la déferlante de cocaïne, les autorités s’inquiètent également de la hausse du trafic des drogues de synthèse. Gérald Darmanin a appelé à une stratégie commune, « notamment pour éviter que le fentanyl arrive en Europe ». Ce puissant opiacé de synthèse, fabriqué à base de produits provenant très souvent de Chine, est à l’origine de dizaines de milliers d’overdoses chaque année aux États-Unis, où il est introduit par les cartels mexicains.

Malika Madi avec AFP

 

N'hésitez pas à partager !

Laisser un commentaire

Qu’elle s’affirme fièrement, qu’elle choque, crispe ou divise, la diversité est une réalité incontournable de nos sociétés. Elle trame nos régions, villes et quartiers et donne à voir un monde où les mobilités humaines se sont intensifiées. Divercite.be est un média belge francophone qui est né pour répondre au besoin de décrypter et d’analyser ces nouvelles réalités. Sa ligne éditoriale est entièrement et exclusivement consacrée à la diversité culturelle, ethnique, cultuelle ou de genre. Nouveau dans le paysage médiatique numérique, nous avons besoin de vous pour aller plus loin dans le travail que nous menons.
Soutenez-nous en vous abonnant ! S’abonner, c’est permettre à un nouveau journalisme d’enrichir le débat public par une vision aussi objective et sans concession, qu’humaine et proche de chacun. Divercite.be ne court pas après le buzz mais relaye l’actualité telle qu’elle est, sans parti pris.
Abonnez-vous à partir de 5 euros par mois ou 59 euros par an. Vous avez aussi la possibilité de découvrir uniquement les articles qui vous intéressent pour 1 euro.
Qu’elle s’affirme fièrement, qu’elle choque, crispe ou divise, la diversité est une réalité incontournable de nos sociétés. Elle trame nos régions, villes et quartiers et donne à voir un monde où les mobilités humaines se sont intensifiées. Divercite.be est un média belge francophone qui est né pour répondre au besoin de décrypter et d’analyser ces nouvelles réalités. Sa ligne éditoriale est entièrement et exclusivement consacrée à la diversité culturelle, ethnique, cultuelle ou de genre. Nouveau dans le paysage médiatique numérique, nous avons besoin de vous pour aller plus loin dans le travail que nous menons.
Soutenez-nous en vous abonnant ! S’abonner, c’est permettre à un nouveau journalisme d’enrichir le débat public par une vision aussi objective et sans concession, qu’humaine et proche de chacun. Divercite.be ne court pas après le buzz mais relaye l’actualité telle qu’elle est, sans parti pris.
Abonnez-vous à partir de 5 euros par mois ou 59 euros par an. Vous avez aussi la possibilité de découvrir uniquement les articles qui vous intéressent pour 1 euro.
 
 

JE SUIS DÉJÀ ABONNÉ