Le point sur la guerre entre Israël et le Hamas

La guerre entre Israël et le Hamas, entrée lundi dans son 60e jour, a été déclenchée par une attaque sanglante et sans précédent menée par le mouvement islamiste palestinien le 7 octobre sur le sol israélien à partir de la bande de Gaza.

Selon Israël, 1.200 personnes, en majorité des civils, ont été tuées lors de cette attaque au cours de laquelle environ 240 personnes avaient été enlevées et emmenées dans le petit territoire palestinien contrôlé par le Hamas depuis 2007.

137 otages restent retenus à Gaza, selon Israël, après la libération pendant la trêve de 105 autres otages, dont 80 en échange de 240 prisonniers palestiniens détenus par Israël.

En représailles à l’attaque du 7 octobre, Israël a juré d’anéantir le Hamas, et son armée mène des bombardements intenses et dévastateurs sur le territoire palestinien assiégé, parallèlement à une vaste opération terrestre lancée le 27 octobre.

Dans son dernier bilan lundi, le ministère de la Santé du Hamas a fait état de 15.899 morts, à 70% des femmes et des enfants, et 42.000 blessés dans les bombardements israéliens à Gaza.

Voici les derniers développements :

Intenses bombardements dans le sud

L’armée israélienne a étendu ses opérations au sol à l’ensemble de la bande de Gaza, près de deux mois après le début de la guerre, déclenchée par l’attaque sanglante du Hamas contre Israël, pilonnant le sud de ce territoire et faisant de très nombreux morts et blessés parmi les centaines de milliers de civils venus s’y refuge.

Plusieurs fois « déplacés »

« Au moins 60.000 personnes supplémentaires ont été contraintes de se déplacer vers des abris de l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens déjà surpeuplés, dont beaucoup ont été déplacées plusieurs fois depuis le début de la guerre« , a déclaré lundi 4 décembre le directeur de l’Unrwa (Agence de l’ONU d’aide aux réfugiés palestiniens), Philippe Lazzarini. Selon lui, l’ordre d’évacuation de l’armée israélienne « pousse les gens à se masser dans moins d’un tiers du territoire de la bande de Gaza », soit une centaine de kilomètres carrés.

Scénario « infernal »

« Un scénario encore plus infernal est sur le point de se réaliser, auquel les opérations humanitaires ne pourront peut-être pas répondre », a averti la Coordinatrice humanitaire de l’ONU pour les Territoires palestiniens, la Canadienne Lynn Hastings.

Souffrances « intolérables »

« Ce qui m’a le plus choqué, ce sont les enfants qui ont des blessures atroces et qui ont également perdu leurs parents et n’ont personne pour s’occuper d’eux », a déclaré lundi la présidente du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Mirjana Spoljaric, lors d’une visite lundi dans la bande de Gaza, dénonçant des « souffrances intolérables« .

78 soldats tués à Gaza

L’armée israélienne a annoncé mardi matin le décès de trois de ses soldats la veille, portant le bilan à 78 soldats tués depuis le début de l’offensive terrestre le 27 octobre.

Gel des avoirs du chef du Hamas à Gaza

La France a décrété le gel pour six mois des avoirs du chef du mouvement palestinien Hamas à Gaza, Yahya Sinouar, considéré comme l’architecte de l’attaque du 7 octobre contre Israël, selon un décret publié mardi au Journal officiel. Le ministère français de l’Économie n’était pas disponible dans l’immédiat pour préciser le montant de ces avoirs.

Inaction de la communauté internationale

L’inaction de la communauté internationale face à la poursuite de la guerre à Gaza est « honteuse », a déclaré mardi à Doha l’émir du Qatar, Cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, dont le pays est le principal médiateur entre Israël et le Hamas.

AFP

 

N'hésitez pas à partager !

Laisser un commentaire

Qu’elle s’affirme fièrement, qu’elle choque, crispe ou divise, la diversité est une réalité incontournable de nos sociétés. Elle trame nos régions, villes et quartiers et donne à voir un monde où les mobilités humaines se sont intensifiées. Divercite.be est un média belge francophone qui est né pour répondre au besoin de décrypter et d’analyser ces nouvelles réalités. Sa ligne éditoriale est entièrement et exclusivement consacrée à la diversité culturelle, ethnique, cultuelle ou de genre. Nouveau dans le paysage médiatique numérique, nous avons besoin de vous pour aller plus loin dans le travail que nous menons.
Soutenez-nous en vous abonnant ! S’abonner, c’est permettre à un nouveau journalisme d’enrichir le débat public par une vision aussi objective et sans concession, qu’humaine et proche de chacun. Divercite.be ne court pas après le buzz mais relaye l’actualité telle qu’elle est, sans parti pris.
Abonnez-vous à partir de 5 euros par mois ou 59 euros par an. Vous avez aussi la possibilité de découvrir uniquement les articles qui vous intéressent pour 1 euro.
Qu’elle s’affirme fièrement, qu’elle choque, crispe ou divise, la diversité est une réalité incontournable de nos sociétés. Elle trame nos régions, villes et quartiers et donne à voir un monde où les mobilités humaines se sont intensifiées. Divercite.be est un média belge francophone qui est né pour répondre au besoin de décrypter et d’analyser ces nouvelles réalités. Sa ligne éditoriale est entièrement et exclusivement consacrée à la diversité culturelle, ethnique, cultuelle ou de genre. Nouveau dans le paysage médiatique numérique, nous avons besoin de vous pour aller plus loin dans le travail que nous menons.
Soutenez-nous en vous abonnant ! S’abonner, c’est permettre à un nouveau journalisme d’enrichir le débat public par une vision aussi objective et sans concession, qu’humaine et proche de chacun. Divercite.be ne court pas après le buzz mais relaye l’actualité telle qu’elle est, sans parti pris.
Abonnez-vous à partir de 5 euros par mois ou 59 euros par an. Vous avez aussi la possibilité de découvrir uniquement les articles qui vous intéressent pour 1 euro.
 
 

JE SUIS DÉJÀ ABONNÉ