Portrait d’Elise Nsongo, artiste peintre congo-rwandaise, par Catherine Belkhodja

Invitée par  Annemarie Laarhuis à exposer à la galerie First Floor,, Elise Nsongo crée la surprise  avec une œuvre riche et colorée d’une modernité décapante, s’inspirant  des masques traditionnels de son patrimoine culturel .

 Cette femme très discrète nous reçoit avec un sourire éblouissant. Artiste accomplie, elle continue à travailler dans le social quand elle n’est pas installée dans son atelier de peinture.

Originaire du Congo et du Rwanda, Elise Nsongo a rejoint la France et a réussi parfaitement son intégration. Ses qualités d’ouverture et de générosité lui ont permis de trouver rapidement un emploi d’ aide soignante.

La peinture lui a toujours plu et c’est en totale autodidacte qu’elle commence ses activités artistiques. Elle ne tarde pas à attirer l’attention de celui qui deviendra son mari, le peintre Yves Desvaux, qui lui propose de suivre les cours de son atelier de peinture.

Son talent fera le reste. En quelques années, les expositions se succèdent et Elise a une grande production qui s’impose véritablement par son style très personnel.

La passion qu’elle partage avec son mari fait d’elle une femme heureuse, rayonnante et épanouie.

 

Comment rester insensible à ses toiles vives et colorées qui rappellent discrètement ses racines africaines? Mais il y a ce petit plus qui rend son œuvre très intéressante: Une constante recherche des formes et des structures qui s’élaborent sous nos yeux. La matière est riche et travaillée Elise utilise tous les accidents du pinceau qu’elle retravaille ensuite de façon plus structurée, en délimitant ( souvent au noir) des espaces très contrastés.

Elle accumule des books qu’elle feuillette afin d’alimenter en permanence ses recherches.
Sa peinture non dénuée d’humour surprend, décoiffe, interpelle et nous enchante.
Nul doute que le succès sera au rendez vous.

 

Acrylique 50 X65  figues
Elise donne très rarement des titres à ses tableaux ? elle se contente de les numéroter, laissant aux visiteurs ou collectionneurs le soin de les nommer.
Ici ces figures de femmes entre « Elles » , cernées de noires mais ponctuées de multiples coups de pinceau virevoltants dans des couleurs claires , crée une impression de danse de vitalité incroyable.

Acrylique 50 X 65
Dans son plateau, porté sur sa tête, que transporte cette femme ? Des enfants, du bois ? Une façon de dire que la femme porte en permanence la responsabilité des enfants et des corvées domestiques ? Joli travail d ‘entrecroisement des lignes … jeu de quadrillage .

Acrylique 50 X 65
Le couple
L’homme regarde vers ailleurs et est sur le point de partir. Sa femme le retient…
Beau contraste entre le traitement des personnages stylisés et du fond très simple, partagé en 5 à plats de couleurs .

Exposition du 19 au 30 mars 2022 ( mardi  au samedi de 14h à 19h)
galerie First floor 28 rue des fossés st Bernard. Paris 75005

pour en savoir plus :
www.peindre-en-liberte.net/elise-nsongo.html

N'hésitez pas à partager !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.