Trois nouveaux gisements de gaz ont été découverts à Hassi R’Mel, dans le Sahara algérien

Trois nouveaux gisements de gaz ont été découverts en Algérie. C’est, pour le pays, une nouvelle qui tombe à point nommé quand on sait le pays au bord de l’implosion sociale et sujet à une demande d’énergie des pays européens très importante depuis la guerre que les Russes mènent en Ukraine.

Il y a quelques jours à peine, un accord gazier de 4 milliards de dollars a déjà été signé par Abdelmadjid Tebboune, le président algérien, et Mario Draghi, (peu avant sa démission comme président du Conseil des ministres italien), pour approvisionner son pays dans les prochaines semaines.

On sait aujourd’hui que les réserves algériennes en gaz naturel voisinent les 2.400 milliards de m3. À ce titre, l’ambition du plus vaste pays africain est de devenir l’un des principaux fournisseurs en gaz de l’Europe. Une utopie il y a un an qui peut devenir réelle quand on sait la crainte de l’Europe de manquer de gaz dans les prochains mois.

Dans un communiqué publié le 8 mars dernier, Ursula von der Leyen, Présidente de la Commission européenne, affirmait : «Nous devons assurer notre indépendance vis-à-vis du pétrole, du charbon et du gaz russe. Nous devons agir maintenant pour atténuer les effets de la hausse des prix de l’énergie, diversifier notre approvisionnement en gaz pour l’hiver prochain et accélérer la transition vers une énergie propre ».

En 2021, l’Union européenne  fut consommatrice de 400 milliards de mètres cubes de gaz.

On estime à 45%  l’importation du gaz naturel depuis la Russie, soit un chiffre, selon les économistes de l’EU, de 155 milliards de m3. Aujourd’hui, l’UE se dit ne plus pouvoir « continuer à être dépendante d’un fournisseur qui bafoue ouvertement les valeurs et la paix en Europe. »

L’Algérie, qui vient de célébrer les 60 ans de son indépendance, ambitionne de manière ostentatoire de travailler à une refonte de ses exportations pour satisfaire les besoins en énergie de l’Europe. À l’heure actuelle, nul ne sait quand ni comment le conflit russo-ukrainien trouvera son épilogue. L’impérativité d’un nouvel interlocuteur est urgente pour les pays européens.

Les nouveaux gisements algériens, opérés par la compagnie algérienne de gaz et de pétrole Sonatrach, ont été localisés à Hassi R’Mel, à quelques 600 km d’Alger, aux portes du Sahara. L’annonce officielle a été faite le 25 juillet dernier par les autorités algériennes. Si l’Europe sera la première à en jouir, les dividendes serviront surtout (du moins on peut l’espérer) à redonner des couleurs à l’économie algérienne, totalement dépendante de son industrie pétrolière et gazière.

N'hésitez pas à partager !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Qu’elle s’affirme fièrement, qu’elle choque, crispe ou divise, la diversité est une réalité incontournable de nos sociétés. Elle trame nos régions, villes et quartiers et donne à voir un monde où les mobilités humaines se sont intensifiées. Divercite.be est un média belge francophone qui est né pour répondre au besoin de décrypter et d’analyser ces nouvelles réalités. Sa ligne éditoriale est entièrement et exclusivement consacrée à la diversité culturelle, ethnique, cultuelle ou de genre. Nouveau dans le paysage médiatique numérique, nous avons besoin de vous pour aller plus loin dans le travail que nous menons.
Soutenez-nous en vous abonnant ! S’abonner, c’est permettre à un nouveau journalisme d’enrichir le débat public par une vision aussi objective et sans concession, qu’humaine et proche de chacun. Divercite.be ne court pas après le buzz mais relaye l’actualité telle qu’elle est, sans parti pris.
Abonnez-vous à partir de 5 euros par mois ou 59 euros par an. Vous avez aussi la possibilité de découvrir uniquement les articles qui vous intéressent pour 1 euro.
Qu’elle s’affirme fièrement, qu’elle choque, crispe ou divise, la diversité est une réalité incontournable de nos sociétés. Elle trame nos régions, villes et quartiers et donne à voir un monde où les mobilités humaines se sont intensifiées. Divercite.be est un média belge francophone qui est né pour répondre au besoin de décrypter et d’analyser ces nouvelles réalités. Sa ligne éditoriale est entièrement et exclusivement consacrée à la diversité culturelle, ethnique, cultuelle ou de genre. Nouveau dans le paysage médiatique numérique, nous avons besoin de vous pour aller plus loin dans le travail que nous menons.
Soutenez-nous en vous abonnant ! S’abonner, c’est permettre à un nouveau journalisme d’enrichir le débat public par une vision aussi objective et sans concession, qu’humaine et proche de chacun. Divercite.be ne court pas après le buzz mais relaye l’actualité telle qu’elle est, sans parti pris.
Abonnez-vous à partir de 5 euros par mois ou 59 euros par an. Vous avez aussi la possibilité de découvrir uniquement les articles qui vous intéressent pour 1 euro.
 
 

JE SUIS DÉJÀ ABONNÉ