Afghanistan : 97 % de la population sera sous le seuil de pauvreté d’ici 2022

 

Par Staff Sgt. Russell Lee Klika, US Army National Guard — http://www.defenselink.mil/PhotoEssays/PhotoEssaySS.aspx?ID=1090, Domaine public.
Par Staff Sgt. Russell Lee Klika, US Army National Guard — http://www.defenselink.mil/PhotoEssays/PhotoEssaySS.aspx?ID=1090, Domaine public.

Le 30 août dernier, les Américains quittaient l’Afghanistan mettant un terme à l’opération «  Freedom’s Sentinel » et la mission « Resolute Support » de l’OTAN. Les États-Unis  (par l’entremise de Georges Bush Junior) et les forces alliées avaient envahi le pays en 2001, conséquence des attentats du 11 septembre à New-York. Cette initiative aboutira à ce qui deviendra le plus long engagement militaire de l’histoire des États-Unis.

Si Donald Trump et son secrétaire d’État de l’époque, Mike Pompeo, sont les initiateurs et les organisateurs du retrait, Joe Bedin en fût l’exécuteur et il n’a échappé à personne que cela s’organisa dans un désordre et un désastre total.

C’est donc le 29 février 2020, que l’administration Trump et les Talibans, représentés par Abdul Ghani Baradar, ont signé un accord au Qatar, le fameux « accord de Doha ». Cette convention pose les bases d’un calendrier de retrait des États-Unis mais aussi de leurs alliés, vingt ans après la prise de Kaboul.

Un deal est un deal, en contrepartie, les Talibans s’engagent à ce que le territoire afghan ne soit jamais une base arrière pour la planification d’actions terroristes envers les États-Unis. Al-Qaida étant toujours très présent dans les zones de l’intérieur.

Le pays évacué, dans des opérations de ponts aériens définies comme les plus importantes de l’histoire,  Joe Biden livre, sur un plateau, l’Afghanistan aux Talibans. Ces barbus qui ne sont que des fondamentalistes et des islamistes parmi les plus rétrogrades au monde et dont les organisations militaires, politiques et religieuses, plongent les Afghans dans les méandres des siècles les plus sombres de l’histoire de l’humanité.

 Jusqu’à 97 % de la population sera sous le seuil de pauvreté en 2022

A moins qu’une aide internationale se mette rapidement en place, une famine à grande échelle touchera un nombre incalculable de familles. Aujourd’hui 23 millions de personnes  sont confrontées à une misère absolue sur une population de presque 38 millions. Ces chiffres sont ceux qu’avancent un responsable de l’ONU repris par la chaine Al Jazeera.

L’aide internationale, relativement présente avant août 2021, s’est pratiquement arrêtée avec la prise de pouvoir des Talibans. Ce ne sont pas moins que des milliards de dollars qui ont été gelés, plongeant le peuple afghan dans une grande précarité alors que l’hiver s’installe. Si le monde entier se bat contre le Covid et ses variants, les Afghans sont confrontés à d’autres maladies en sus comme la rougeole, les pneumonies, les bronchites, etc.

 Le G20 promet une aide d’urgence.

Ursula von derLeyen, présidente de la Commission européenne, a annoncé qu’un milliard d’euros sera mis à la disposition des Afghans. Cette somme servira également à venir en aide aux pays limitrophes qui avaient ouvert leurs frontières lors de l’exode d’aout dernier.

Pour l’instant, cette aide de Bruxelles demeure gelée. L’Union Européenne réfléchit à la manière idoine d’en faire bénéficier les Afghans sans passer par les caisses des Talibans.

N'hésitez pas à partager !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Qu’elle s’affirme fièrement, qu’elle choque, crispe ou divise, la diversité est une réalité incontournable de nos sociétés. Elle trame nos régions, villes et quartiers et donne à voir un monde où les mobilités humaines se sont intensifiées. Divercite.be est un média belge francophone qui est né pour répondre au besoin de décrypter et d’analyser ces nouvelles réalités. Sa ligne éditoriale est entièrement et exclusivement consacrée à la diversité culturelle, ethnique, cultuelle ou de genre. Nouveau dans le paysage médiatique numérique, nous avons besoin de vous pour aller plus loin dans le travail que nous menons.
Soutenez-nous en vous abonnant ! S’abonner, c’est permettre à un nouveau journalisme d’enrichir le débat public par une vision aussi objective et sans concession, qu’humaine et proche de chacun. Divercite.be ne court pas après le buzz mais relaye l’actualité telle qu’elle est, sans parti pris.
Abonnez-vous à partir de 5 euros par mois ou 59 euros par an. Vous avez aussi la possibilité de découvrir uniquement les articles qui vous intéressent pour 1 euro.
Qu’elle s’affirme fièrement, qu’elle choque, crispe ou divise, la diversité est une réalité incontournable de nos sociétés. Elle trame nos régions, villes et quartiers et donne à voir un monde où les mobilités humaines se sont intensifiées. Divercite.be est un média belge francophone qui est né pour répondre au besoin de décrypter et d’analyser ces nouvelles réalités. Sa ligne éditoriale est entièrement et exclusivement consacrée à la diversité culturelle, ethnique, cultuelle ou de genre. Nouveau dans le paysage médiatique numérique, nous avons besoin de vous pour aller plus loin dans le travail que nous menons.
Soutenez-nous en vous abonnant ! S’abonner, c’est permettre à un nouveau journalisme d’enrichir le débat public par une vision aussi objective et sans concession, qu’humaine et proche de chacun. Divercite.be ne court pas après le buzz mais relaye l’actualité telle qu’elle est, sans parti pris.
Abonnez-vous à partir de 5 euros par mois ou 59 euros par an. Vous avez aussi la possibilité de découvrir uniquement les articles qui vous intéressent pour 1 euro.
 
 

JE SUIS DÉJÀ ABONNÉ