Kobili Traoré ne sera pas jugé pour le meurtre de la sexagénaire Sarah Halimi

Rappel des faits : le 4 avril 2017, dans un quartier parisien du nom de Belleville, une femme de soixante-cinq ans,  juive, Sarah Halim, mère de trois enfants, médecin puis directrice de crèche  est sauvagement agressée puis défenestrée du haut du troisième étage de son immeuble. C’est son voisin de 27 ans, un certain Kobili Traoré qui commet les faits en affirmant « J’ai tué le sheitan » ce qui pourrait être traduit par « j’ai tué le diable ».

Après avoir été interpellé sans résistance, l’homme est placé en garde à vue et on lui effectue une analyse toxicologique qui révèle la présence de substances illicites dans le sang. Le médecin qui le suit estime  son état psychique incompatible avec la garde à vue et finalement le fait interner sans qu’il ait été jamais entendu par la police. 

La cour de cassation confirme le jugement émis en appel

En décembre 2019,  la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris, s’appuyant sur trois expertises psychiatriques,  avait conclu qu’au moment de frapper la victime, Traoré, qui a reconnu les faits, était sous l’emprise d’une « bouffée délirante aiguë » causée par le cannabis qu’il consommait jusqu’à quinze joints par jour. 

La famille de la victime, qui refuse un simple internement du meurtrier sans procès, se pourvoit devant  la Cour de cassation. Mais le 14 avril 2021, celle-ci  confirme la décision de la Cour d’appel. Traoré reste donc interné en hôpital psychiatrique  et le caractère antisémite du crime ne sera pas retenu. 

Macron se désole de cette décision.

Sortant de la réserve habituelle qu’adopte un président de la république face à une décision de justice, Macron dira dans les colonnes du Figaro  le 18 avril 2021 : « Décider de prendre des stupéfiants et devenir alors ‘comme fou’ ne devrait pas à mes yeux supprimer votre responsabilité pénale ». Il annonce alors : « Je souhaite que le garde des Sceaux  (Ministre de la justice en France) présente au plus vite un changement de la loi ».

N'hésitez pas à partager !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Qu’elle s’affirme fièrement, qu’elle choque, crispe ou divise, la diversité est une réalité incontournable de nos sociétés. Elle trame nos régions, villes et quartiers et donne à voir un monde où les mobilités humaines se sont intensifiées. Divercite.be est un média belge francophone qui est né pour répondre au besoin de décrypter et d’analyser ces nouvelles réalités. Sa ligne éditoriale est entièrement et exclusivement consacrée à la diversité culturelle, ethnique, cultuelle ou de genre. Nouveau dans le paysage médiatique numérique, nous avons besoin de vous pour aller plus loin dans le travail que nous menons.
Soutenez-nous en vous abonnant ! S’abonner, c’est permettre à un nouveau journalisme d’enrichir le débat public par une vision aussi objective et sans concession, qu’humaine et proche de chacun. Divercite.be ne court pas après le buzz mais relaye l’actualité telle qu’elle est, sans parti pris.
Abonnez-vous à partir de 5 euros par mois ou 59 euros par an. Vous avez aussi la possibilité de découvrir uniquement les articles qui vous intéressent pour 1 euro.
Qu’elle s’affirme fièrement, qu’elle choque, crispe ou divise, la diversité est une réalité incontournable de nos sociétés. Elle trame nos régions, villes et quartiers et donne à voir un monde où les mobilités humaines se sont intensifiées. Divercite.be est un média belge francophone qui est né pour répondre au besoin de décrypter et d’analyser ces nouvelles réalités. Sa ligne éditoriale est entièrement et exclusivement consacrée à la diversité culturelle, ethnique, cultuelle ou de genre. Nouveau dans le paysage médiatique numérique, nous avons besoin de vous pour aller plus loin dans le travail que nous menons.
Soutenez-nous en vous abonnant ! S’abonner, c’est permettre à un nouveau journalisme d’enrichir le débat public par une vision aussi objective et sans concession, qu’humaine et proche de chacun. Divercite.be ne court pas après le buzz mais relaye l’actualité telle qu’elle est, sans parti pris.
Abonnez-vous à partir de 5 euros par mois ou 59 euros par an. Vous avez aussi la possibilité de découvrir uniquement les articles qui vous intéressent pour 1 euro.
 
 

JE SUIS DÉJÀ ABONNÉ