Anne Hidalgo, la première femme maire de Paris candidate aux élections présidentielles française de 2022 ?

Ana María Hidalgo Aleu n’est française que depuis l’âge de 14 ans. C’est en 1959, à San Fernando, en Espagne, qu’elle voit le jour. Son père, Antonio Hidalgo est un électricien investi dans la cause syndicale, et sa mère, María, est couturière.

Trois ans plus tard, en 1962, ses parents arrivent en France et s’installent dans une banlieue ouvrière de Lyon. Son milieu est modeste, mais elle parvient néanmoins à accomplir de brillantes études universitaires en obtenant une maitrise de sciences sociales. Elle passe ensuite un diplôme d’études approfondies en droit social et syndical. En 1982, elle est parmi les quelques rares femmes à être reçues au concours national de l’inspection du travail. Durant sa carrière, elle multiplie les postes dans la fonction publique et dans différents cabinets ministérielles.

 

Bertrand Delanoë et Anne Hidalgo

Première femme maire de Paris.

C’est en 2014 qu’elle succède à Bertrand Delanoë à la mairie de Paris. Après 12 ans, le socialiste lui cède la place à l’issue des élections municipales de mars 2014 qu’elle remporte face à ses adversaires. Le siège de Bertrand Delanoë à la mairie de Paris, Anne Hidalgo le connait bien pour avoir été sa première adjointe pendant plusieurs années. C’est aussi dans son ombre qu’elle fait ses classes mais c’est en 2002 qu’elle en mesure pleinement la dimension.

Bertrand Delanoë, rare homme politique français à avoir révélé son homosexualité, est atteint par un coup de poignard lors des fêtes de la « Nuit Blanche à l’hôtel de ville » par un agresseur homophobe:  Azedine Berkane. Celui-ci justifiera son geste par « je n’aime pas les hommes politiques et je n’aime pas les homosexuels ». Anne Hidalgo remplacera alors le maire de Paris pendant plusieurs mois, le temps de sa convalescence.

La présidentielle 2022, peut-être mais pas sans conditions !

Nul n’ignore le délitement du parti socialiste français depuis les dernières élections en 2018, et le refus de François Hollande de se présenter à sa succession. Bati par le volonté et le charisme de François Mitterrand, qui exerça deux mandats de 7 ans ( de 1981 à 1995), le PS français n’est plus aujourd’hui la force politique qu’il était encore il y a quelques années. Des dissensions profondes parmi les élites du parti. Manuel Valls, ex-premier ministre de Hollande, avait refusé, en 2018, de parrainer le candidat du Parti socialiste, Benoit Hamou, après avoir perdu lui-même la primaire de la gauche.  Mais aussi des défections importantes, la plus cinglante étant celle de l’actuelle président, Emmanuel Macron. Tout cela conduisant, entre autres symptômes, le PS français à une profonde agonie.

Anne Hidalgo se positionne mais pas sans cadre et garanties.  Le journal français Le Monde, révélait dans son édition du 9 juin, qu’Olivier Faure, premier secrétaire du parti socialiste, avait été invité à déjeuner à l’Hôtel de ville par Anne Hidalgo.  La maire de Paris le soupçonnant de vouloir dissoudre le PS pour une union avec les Verts dans la perspective de la présidentielle 2022. Selon les convives présents qui ont rapporté les échanges à nos confrères du Monde, elle aurait exigé, pour y aller, un soutien sans réserves.

Anne Hidalgo ne compte pas officialiser sa candidature avant septembre ou octobre.  Si elle se lance dans l’aventure et si les électeurs la suivent, cette femme d’origine espagnole pourrait être la première femme présidente de la république française et de surcroit issue de la diversité. L’avenir nous le dira…

 

N'hésitez pas à partager !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.