Edito – Un voile qui divise encore et toujours plus fort

En politique belge, la semaine passée fut à nouveau animée par des tensions sur la question de la diversité. En parallèle à la traque du militaire en fuite qui pourrait cibler des lieux de culte musulmans, on a assisté à une nouvelle séquence d’agitation politique autour de la laïcité, de la neutralité et des expressions convictionnelles.

Cette semaine commence, elle aussi, sur la même tonalité. Ce matin dans La Libre, la co-présidente d’Ecolo déclarait que le « défendre le port du voile ou le droit à l’avortement, c’est le même combat« . Si on l’entend comme une volonté d’élargir la sphère des choix individuels, l’affirmation n’est pas sans fondement. Mais elle crispe. La députée DEFI Sophie Rohonyi y est allée d’une réaction à travers un Tweet cinglant:  « Je ne vois qu’un seul point commun entre l’IVG et le port du voile: le risque que les femmes qui veulent avorter comme celles qui ne veulent PAS porter le voile prennent encore trop souvent pour leur vie! Tte autre similitude relève d’un amalgame dangereux et communautariste. »

Autre événement dans l’actualité, l’annonce de la nomination d’Ishane Haouach comme commissaire du gouvernement à l’Institut pour l’égalité entre les Hommes et les Femmes (voir notre article ici). Elle intervient dans dans ce contexte politique d’hyper sensibilité. L’opportunité ou non d’un recours de la STIB contre un jugement de première instance favorable à une plaignante portant le voile est aussi dans toutes les discussions politiques à Bruxelles. DEFI tente d’imposer la vision d’une neutralité exclusive qui limite l’expression des convictions des agents de la fonction publique (Voir la réaction du Ministre bruxellois Bernard Clerfayt). Le MR est depuis longtemps sur la même ligne. Au CDH, le week-end avait été marqué par des remous internes suite aux déclarations du député Georges Dallemagne assimilant le voile à une expression radicale. Le Président Maxime Prévot et l’ex-Présidente Joëlle Milquet n’ont pas manqué de rapidement le recadrer. Au PS, on reste relativement discret tandis qu’Ecolo a visiblement décidé d’assumer pleinement la non-prohibition du voile dans la haute fonction publique et de forcer l’option de la neutralité inclusive.

N'hésitez pas à partager !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.