Une exception française ?

Des généraux à la retraite et plus d’un millier de militaires qui menacent, à travers une pétition, le pouvoir civil d’une intervention. Vous ne rêvez pas. Nous ne sommes pas dans un obscur pays en développement sous le joug d’un pouvoir autoritaire. Nous sommes en France en avril 2021. Et on a ce sentiment presqu’irréel de voir les prémisses du délitement d’un Etat de droit fondateur de l’Union européenne et d’une démocratie avancée.

Le Rassemblement National de Marine Le Pen n’en demandait pas tant à un an des élections présidentielles. Cette prise de position est du pain béni pour cette formation d’extrême-droite qui n’a pas manqué de faire immédiatement un appel du pied aux signataires de la pétition pour qu’ils la rejoignent. Pendant ce temps, l’opération de dédiabolisation du Rassemblement National s’accélère et les digues traditionnelles du modèle républicain cèdent petit à petit. Parfois de manière surprenante ! Ainsi Julien Dray, secrétaire national et figure historique du PS, co-fondateur de SOS Racisme dans les années 1980, y est allé d’un commentaire refusant d’assimiler le RN de Marine Le Pen au FN de Jean-Marie Le Pen.

La pétition séditieuse des militaires français intervient quasiment 60 ans jours pour jours après l’affaire du Putsch des généraux à Alger, un coup d’état manqué fomenté par des partisans de l’Algérie française, ceux que le Général de Gaulle qualifiera de « quarteron de généraux en retraite (…) ambitieux et fanatiques ».  Le traumatisme de la guerre d’Algérie est incontestablement l’un des prismes à travers lesquels il faut décoder la situation française actuelle. Il serait toutefois malvenu de vouloir, sur cette base, affirmer une exceptionnalité française absolue. Si le débat chez nos voisins est plus frontal, s’il fait resurgir plus durement les blessures de l’histoire récente, il n’est unique qu’en apparence. Et c’est probablement cela qui est le plus troublant. Partout en Europe et pas uniquement en France, se lèvent des forces politiques animées par des passions qu’on croyait avoir à jamais enfouies dans les ténèbres du passé.

N'hésitez pas à partager !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.