Le Président brésilien Lula accuse Israël de « génocide » à Gaza

Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a accusé dimanche Israël d’avoir commis un « génocide » contre les civils palestiniens dans la bande de Gaza et a comparé ses actions à la campagne d’Adolf Hitler visant à exterminer les Juifs.

En réponse, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a qualifié les propos de l’homme de 78 ans de « honteux et graves » et a déclaré que son gouvernement avait convoqué l’ambassadeur du Brésil en signe de protestation.

Mais ses commentaires ont suscité les éloges du groupe militant palestinien Hamas, qui a décrit ces propos comme « une description précise » de ce à quoi les gens sont confrontés dans la bande de Gaza qu’il contrôle.

Lula a déclaré aux journalistes à Addis-Abeba, où il participait à un sommet de l’Union africaine, que ce qui se passe dans la bande de Gaza « n’est pas une guerre, c’est un génocide ».

« Ce n’est pas une guerre de soldats contre des soldats. C’est une guerre entre une armée hautement préparée et des femmes et des enfants », a ajouté le vétéran de la gauche.

« Ce qui se passe dans la bande de Gaza avec le peuple palestinien ne s’est produit à aucun autre moment de l’histoire. En fait, cela s’est produit : lorsque Hitler a décidé de tuer les Juifs. »

Lula, une voix éminente du Sud dont le pays occupe actuellement la présidence tournante du G20, avait précédemment condamné l’attaque sans précédent du Hamas contre Israël le 7 octobre, la qualifiant d’acte « terroriste ».

Mais depuis, il s’est montré de plus en plus critique à l’égard de la campagne militaire de représailles d’Israël. Netanyahu a qualifié les propos de Lula de « banalisation de l’Holocauste et de tentative de nuire au peuple juif et au droit d’Israël à se défendre ». « La comparaison entre Israël, l’Holocauste des nazis et d’Hitler franchit une ligne rouge », a-t-il déclaré dans un communiqué.

« Israël se bat pour se défendre et assurer son avenir jusqu’à une victoire totale et il le fait dans le respect du droit international. » « J’ai décidé avec le ministre des Affaires étrangères (Israël) Katz de convoquer l’ambassadeur du Brésil en Israël pour un reproche immédiat. » Katz a écrit sur la plateforme de médias sociaux X que la réunion aurait lieu lundi.

Le président israélien Isaac Herzog a fustigé « les dirigeants qui accusent atrocement l’État-nation du peuple juif des méfaits des actes d’Hitler », sans nommer son homologue brésilien. Agir ainsi constitue une « déformation immorale de l’histoire », a-t-il ajouté.

Le ministre israélien de la Défense, Yoav Gallant, a quant à lui qualifié les commentaires de Lula de «scandaleux et odieux ». « Le Brésil est aux côtés d’Israël depuis des années », a-t-il écrit sur X.

« Le président Lula soutient une organisation terroriste génocidaire, le Hamas, et ce faisant, il apporte une grande honte à son peuple et viole les valeurs du monde libre. » L’attaque du 7 octobre a fait environ 1.160 morts en Israël, pour la plupart des civils, selon un décompte de l’AFP à partir de chiffres officiels israéliens.

Les militants ont également pris en otage environ 250 personnes, dont 130 se trouvent toujours à Gaza, dont 30 présumées mortes, selon les chiffres israéliens. L’attaque israélienne contre Gaza a tué au moins 28 858 personnes, pour la plupart des femmes et des enfants, selon le ministère de la Santé du territoire contrôlé par le Hamas.

Lula a critiqué les récentes décisions des pays occidentaux de suspendre l’aide à l’agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens, l’UNRWA, après qu’Israël ait accusé certains de ses employés d’être impliqués dans l’attaque du 7 octobre.

Lula, qui a rencontré samedi le Premier ministre palestinien Mohammad Shtayyeh en marge du sommet, a déclaré que le Brésil augmenterait sa propre contribution à l’agence et a exhorté les autres pays à faire de même.

« Quand je vois le monde riche annoncer qu’il met fin à ses contributions à l’aide humanitaire aux Palestiniens, j’imagine à quel point la conscience politique de ces gens est grande et à quel point l’esprit de solidarité est grand dans leurs cœurs », a déclaré Lula.

« Nous devons cesser d’être petits quand nous devons être grands. « Il a réitéré son appel à une solution à deux États au conflit, avec la Palestine « définitivement reconnue comme un État à part entière et souverain ».

 

N'hésitez pas à partager !

Laisser un commentaire

Qu’elle s’affirme fièrement, qu’elle choque, crispe ou divise, la diversité est une réalité incontournable de nos sociétés. Elle trame nos régions, villes et quartiers et donne à voir un monde où les mobilités humaines se sont intensifiées. Divercite.be est un média belge francophone qui est né pour répondre au besoin de décrypter et d’analyser ces nouvelles réalités. Sa ligne éditoriale est entièrement et exclusivement consacrée à la diversité culturelle, ethnique, cultuelle ou de genre. Nouveau dans le paysage médiatique numérique, nous avons besoin de vous pour aller plus loin dans le travail que nous menons.
Soutenez-nous en vous abonnant ! S’abonner, c’est permettre à un nouveau journalisme d’enrichir le débat public par une vision aussi objective et sans concession, qu’humaine et proche de chacun. Divercite.be ne court pas après le buzz mais relaye l’actualité telle qu’elle est, sans parti pris.
Abonnez-vous à partir de 5 euros par mois ou 59 euros par an. Vous avez aussi la possibilité de découvrir uniquement les articles qui vous intéressent pour 1 euro.
Qu’elle s’affirme fièrement, qu’elle choque, crispe ou divise, la diversité est une réalité incontournable de nos sociétés. Elle trame nos régions, villes et quartiers et donne à voir un monde où les mobilités humaines se sont intensifiées. Divercite.be est un média belge francophone qui est né pour répondre au besoin de décrypter et d’analyser ces nouvelles réalités. Sa ligne éditoriale est entièrement et exclusivement consacrée à la diversité culturelle, ethnique, cultuelle ou de genre. Nouveau dans le paysage médiatique numérique, nous avons besoin de vous pour aller plus loin dans le travail que nous menons.
Soutenez-nous en vous abonnant ! S’abonner, c’est permettre à un nouveau journalisme d’enrichir le débat public par une vision aussi objective et sans concession, qu’humaine et proche de chacun. Divercite.be ne court pas après le buzz mais relaye l’actualité telle qu’elle est, sans parti pris.
Abonnez-vous à partir de 5 euros par mois ou 59 euros par an. Vous avez aussi la possibilité de découvrir uniquement les articles qui vous intéressent pour 1 euro.
 
 

JE SUIS DÉJÀ ABONNÉ