Un nouveau lieu de culte multiconfessionnel à Berlin : la House of One

C’est en plein cœur de Berlin que trois communautés religieuses ont décidé de s’associer pour fonder un lieu unique : la House of One, le premier bâtiment au monde abritant à la fois une église, une synagogue et une mosquée. Avec une première pierre posée fin mai 2021, ce projet qui devrait s’achever d’ici 2025 est la promesse d’un édifice de tolérance et de dialogue.

House of One : la réunion de trois grandes religions monothéistes

C’est sur les ruines de l’église protestante Saint-Pierre, endommagée lors de la Seconde Guerre mondiale puis par les autorités de la RDA, que la House of One sera bâtie. Un projet de construction ambitieux qui a vu le jour en 2011, à l’époque où la communauté protestante, propriétaire des lieux, décide d’entreprendre un pari unique : s’associer à la communauté juive puis à la communauté musulmane pour bâtir un lieu de culte commun.

Trois religions dans un seul bâtiment, voilà tout l’enjeu de la House of One. Au cœur de cette idée, trois hommes : le pasteur Gregor Hohberg, l’imam Kadir Sanci et le rabbin Andreas Nachama. Tous trois défendent la vision d’une cohabitation pacifique, mais veulent aussi aller plus loin et fonder un véritable lieu d’échange. Pour ce faire, le bâtiment a été imaginé avec une entrée unique, menant à une pièce commune. De cette pièce partiraient ensuite les trois escaliers permettant d’accéder respectivement à l’église, la synagogue et la mosquée. Et si ces trois lieux de culte auront des formes différentes adaptées en fonction des particularités de chaque foi, ils seront de même taille par souci d’égalité.

L’entrée sera quant à elle ouverte à tous les citoyens, quelle que soit leur religion ou absence de religion. De cette façon, croyants comme non-croyants pourront se retrouver dans la pièce commune pour se rencontrer, mais surtout échanger et dialoguer.

Une maison symbole de tolérance

Une idée qualifiée de visionnaire et d’ores et déjà saluée par les médias autour du globe. Et qui a vocation à s’étendre bien au-delà du bâtiment lui-même. Car encore plus qu’un lieu de culte et de rencontre, la House of One se veut aussi être un moteur d’enseignement. Les porteurs du projet sont entre autres en contact avec des écoles pour transmettre leur vision d’une société pacifique, ou encore utilisent les réseaux sociaux, par exemple avec des vidéos intitulées « Let’s Build Peace » sur Instagram.

Au-delà d’un lieu de culte, c’est tout un symbole que la House of One représente. Comme l’explique l’imam Kadir Sanci « (…) c’est la preuve que les musulmans et l’islam font partie de l’Allemagne. Cela donnera un autre signal à l’ensemble de la société qui y verra notre travail de prévention et notre lutte contre l’antisémitisme, la violence ». Un geste fort à l’heure où les tensions entre ou à l’égard des communautés religieuses sont parfois vives. Avec ce projet, ses porteurs veulent prouver qu’il est possible de transformer ces débats enflammés en un dialogue pacifique.

Pour mener à bien cette idée ambitieuse, un concours d’architectes a été lancé en 2012 et remporté par Wilfried Kuehn et son cabinet berlinois Kuehn-Malvezzi. Il ne reste à présent plus qu’à rassembler les fonds nécessaires. Au total, le projet a été estimé à 47 millions d’euros. S’il sera en partie financé par le gouvernement fédéral et la ville de Berlin, les promoteurs comptent pour le reste sur des dons privés. Alors afin de récolter le montant encore nécessaire, le site web de la House of One propose aux citoyens d’acheter une pierre symbolique pour 10€ (Voir ici). Une façon, selon le pasteur Gregor Hohberg, de contribuer à bâtir ensemble « le foyer de l’égalité, de la paix et de la réconciliation ».

N'hésitez pas à partager !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.