Une rentrée intense au théâtre-action du Brocoli

Les mois de confinement ont privé le public des spectacles et rencontres nécessaires à la vie. La Covid 19 empêcha les créateurs mais ne freina pas les créations. Aussi, cette rentrée 2021 voit un foisonnement de productions et de représentations pour le plus grand plaisir des amoureux du spectacle vivant. Aujourd’hui, arrêtons-nous sur l’actualité du Brocoli théâtre. Cette compagnie de théâtre action bruxelloise, dirigée par le hennuyer Gennaro Pitisci, à ses locaux à Saint-Josse-ten-Noode, l’une des communes les plus multiculturelles de Belgique.

Le Brocoli théâtre œuvre depuis plusieurs années à la création de ponts entre les différents publics qui composent le paysage urbain de la capitale. Les sujets mis en avant, les prismes et les choix de mise en scène se veulent en lien direct avec les préoccupations de chacun, s’inscrivant dans une réalité qu’il nous faut regarder droit dans les yeux.

L’immigration et ses complexités, les traumatismes des destins individuels autant que collectifs sont régulièrement dépeints dans les choix de productions. Le Brocoli théâtre est aussi une porte ouverte à tous ceux qui, professionnels ou non, sont secoués par l’envie de monter sur scène.  Si Gennaro Pitisci est un homme curieux de tout, en constante recherche de nouveaux horizons et attentif aux soubresauts de la société, il est également très attaché à la condition humaine et à ce qui peut la conduire vers la subversivité. Il questionne inlassablement les fondements de l’ordre social et politique non pas pour fragiliser la société mais pour l’amener à l’autocritique et au refus des déterminismes qui emprisonnent.

Gennaro Pitisci est toujours en recherche mais il reste fidèle à ses partenaires de travail et notamment à deux zinnekes parmi les plus connus de la scène théâtrale bruxelloise : Sam Touzani et Ben Hamidou.

Ils sont présents aux côtés de G. Pitisci depuis les années 1990. Ensemble, ils sont à la genèse de créations qui furent mainte fois jouées en Belgique, à l’étranger et même parfois primées :  « Les Enfants de Dom Juan », « Gembloux, À La Recherche De L‘Armée Oubliée », « Sainte Fatima de Molem » et tant d’autres qui ont participé à la divulgation d’un pan de l’histoire invisibilisé ou occulté par manque de voix audibles.

 

Sam Touzani Photo : Maïté Renson

Dans l’actualité du Théâtre Brocoli, « Cerise sur le ghetto, le pouvoir de dire non » avec Sam Touzani  pour plusieurs dates en septembre et octobre.

L’histoire que nous raconte l’artiste est une invitation dans sa propre histoire familiale. Entre le  Rif marocain et Molenbeek où le petit garçon Sam grandit « dans un deux pièces cuisine chauffé au charbon« . Adolescent puis jeune adulte, il rêve d’une vie sans la charge trop lourde qu’impose le  communautarisme. Pour connaitre les dates de représentations c’est par ici.

 

 

N'hésitez pas à partager !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *