Entretien avec Solaÿman Laqdim, le nouveau Délégué général aux droits de l’enfant

    Cette année, la Belgique et le Maroc commémorent les 60 ans des accords belgo-marocains.…

Insultes, violence, racisme… De lourdes accusations qui empoisonnent la vie communale à Molenbeek

La commune de Molenbeek ne cesse de connaitre ces dernières années des soubresauts politiques qui la…

Naël Khleifi, cinéaste belgo-palestinien « La société israélienne doit se débarrasser de ses démons »

DiverCite.be a rencontré Naël Khleifi, cinéaste, fils de Michel Khleifi, réalisateur israelo-palestinien à qui l’on doit notamment les films « Noce en Galilée » ou encore « Conte des trois diamants ». Naël Khleifi s’est prêté au jeu des questions/réponses lorsque nous lui avons demandé de réagir aux événements tragiques qui frappent la bande de Gaza et de nous donner son point de vue en tant que fils d’un Arabe Israélien. Il nous a répondu avec sincérité, émotion et lucidité.

 Entretien 

DiverCite.be : Votre père, Michel Khleifi, est Arabe Israélien installé en Belgique depuis plusieurs années, de quelle ville vient-il exactement ?

Naël Khleifi : Il est originaire de Nazareth, des territoires d’avant 1948, mais il est parti quand il avait une vingtaine d’années. Comme beaucoup de jeunes gens, ils rêvaient d’ailleurs.

DiverCite.be : Nazareth est essentiellement une ville arabe ?

Naël Khleifi : Oui, mais tout autour de la vieille ville s’est construit une banlieue du nom de Nazareth Illit, bâtie dans les années 1950 pour accueillir les migrants juifs. Avec le temps, elle devient de plus en plus arabe.

DiverCite.be : Vous avez encore de la famille en Israël ?

Naël Khleifi : Ma famille paternelle habite entre le Canada, Israël et la Cisjordanie. J’ai des cousins au Canada, mais aussi en Allemagne.

DiverCite.be : Dans un Israël en construction dans les années 1960 et 1970, pourquoi le choix de l’émigration de votre père ? Un sentiment de discrimination, parce qu’Arabe ?

Naël Khleifi : Mon père, mais aussi ses frères et ses sœurs ont grandi en Israël, mais ce qu’il faut savoir, c’est qu’à cette époque-là, et jusque dans le milieu des années 1960, les villes palestiniennes étaient sous blocus militaire. Personne ne pouvait sortir des villes palestiniennes. C’était déjà des situations très difficiles. La situation, sociale et politique, donnait encore plus envie de partir. Dans ma famille, mon père a émigré, mais aussi mon oncle. Il est venu étudier en Belgique avant de repartir pour Israël. Dans la génération de mon père, un cousin a rejoint le Canada sinon la plupart sont restés en Israël.

Pour ceux qui ont émigré, je crois qu’il y a eu des opportunités de travail ailleurs, en plus de la situation économique et politique qui a surement joué dans la décision de partir.

DiverCite.be : Quel regard, vous et votre père, portez-vous sur le Hamas  ?

Naël Khleifi : Déjà en tant que cinéaste, mon père a toujours été très impliqué politiquement. Nous sommes globalement d’accord sur beaucoup de choses.  Les anciennes générations ne voient pas toujours les choses de la même manière que les plus jeunes.

Mon père fait partie des intellectuels de gauche palestiniens et ce sont des gens qui ont toujours combattu le Hamas et ses idées fondamentalistes. Ce sont des humanistes et c’est très difficile pour eux de se retrouver dans cette mouvance, c’est même littéralement impossible et je le rejoins complètement.

Deuxièmement, parmi la plus jeune génération, et même parmi la diaspora, certains se sentent «animés» par des actes de luttes. D’ailleurs, je pense que « qualifier » le Hamas est une erreur. Les définir de combattants ou de terroristes n’est pas la chose à faire  parce que c’est un mouvement politique avec une branche armée, sans compter sur la complexité des luttes internes, etc. Par contre, ce qui s’est passé le 7 octobre, mon père et beaucoup d’autres,  jugent cela comme une grande catastrophe.

Le problème du colonisé, c’est lorsqu’il commence à parler comme le colonisateur, avec la même inhumanité. C’est un échec à la fois calculé, mais aussi instrumentalisé de la part du gouvernement israélien depuis 20 ou 30 ans. Il utilise des termes génocidaires pour parler des Palestiniens d’Israël, de Cisjordanie ou de Gaza. Il impose aussi un vocabulaire qui est essentialiste. La gauche palestinienne ne parle jamais de juifs, mais elle parle d’Israéliens. Par contre, les Israéliens imposent que l’on parle d’eux en tant que juifs. Ce qu’on oublie en Occident, c’est que le gouvernement israélien est un gouvernement religieux. L’État d’Israël est un foyer juif et c’est dans la constitution. Le colonisé utilise le vocabulaire et la logique du colonisateur. Cette colonisation est extrêmement violente et structurée, c’est cela qui me rend triste. La gauche palestinienne  est en prison ou assassinée. Cela arrange énormément Israël d’avoir un gouvernement comme le Hamas à Gaza. Tout cela est un échec de la société palestinienne.

DiverCite.be : Quelles projections faites-vous aujourd’hui sur l’issu de ce conflit ?

Naël Khleifi : L’inégalité des rapports dans ce conflit est telle que, de toute façon, la paix ne pourra venir que des Israéliens, c’est impossible autrement. On prend parfois l’exemple de l’Afrique du Sud et du boycott international, mais il n’y avait aucun enjeu stratégique pour l’Occident. La société israélienne doit se débarrasser de ses démons et devenir une société moderne. Je ne dis pas qu’elle ne l’est pas à certains égards, mais elle persiste à vivre dans des mythes qui ne le sont pas. Mon père dit souvent et depuis très longtemps « Les Israéliens devront passer par un grand massacre pour un jour retrouver leur humanité ». Sans doute en sommes-nous là.

 

Naël Khleifi est chef opérateur surtout dans le documentaire. Son travail de réalisateur se concentre sur les questions liées à l’immigration. Il a réalisé « En attente… » 45min en 2011 et « Alpes » 65min en 2021.

Les mille vies de Faty Khalis : mannequin, ex-femme de diplomate belge et aujourd’hui cheffe cuisinière

Nous connaissons tous cette maxime «connaître mille vies en une seule ». Fatima Khalis, Faty pour…

Rencontre avec Serge Thiry, l’un des gangsters les plus dangereux des années 1980 se met au service de la société

Charleroi, le soleil est chaud, le ciel est limpide, la circulation est fluide et nous arrivons…

La journaliste Anne-Cécile Huwart vient de publier « Enfant en danger » aux éditions Kennes, une plongée troublante dans l’univers de l’aide à la jeunesse

    Anne-Cécile Huwart est journaliste indépendante en presse écrite et audiovisuelle. Durant sa carrière, elle…

Turquie : Rencontre avec Bahar Kimyongür, journaliste et opposant belgo-turc : « La Turquie démocratique et pluraliste n’a pas dit son dernier mot »

Le 14 mai dernier, la Turquie organisait des élections afin d’élire un nouveau capitaine pour les…

« Le lapin magicien » ou la dépression expliquée aux enfants

    Marcus Majart est magicien depuis 22 ans. Même si ce n’est pas son activité…

Kaltoum Nebbou, 24 ans, Carolo et fraichement lauréate du concours de la diplomatie belge

Kaltoum Nebbou, vient de réussir brillamment le concours de la diplomatie belge. À seulement 24 ans,…

Livre : « Je marche à ma rencontre » de Martine Inack-Thieulin, éveilleuse de conscience multi-talents

Martine Inack-Thieulin est une éveilleuse de conscience multi-talents. Elle a vécu en Afrique, en Europe et…

Qu’elle s’affirme fièrement, qu’elle choque, crispe ou divise, la diversité est une réalité incontournable de nos sociétés. Elle trame nos régions, villes et quartiers et donne à voir un monde où les mobilités humaines se sont intensifiées. Divercite.be est un média belge francophone qui est né pour répondre au besoin de décrypter et d’analyser ces nouvelles réalités. Sa ligne éditoriale est entièrement et exclusivement consacrée à la diversité culturelle, ethnique, cultuelle ou de genre. Nouveau dans le paysage médiatique numérique, nous avons besoin de vous pour aller plus loin dans le travail que nous menons.
Soutenez-nous en vous abonnant ! S’abonner, c’est permettre à un nouveau journalisme d’enrichir le débat public par une vision aussi objective et sans concession, qu’humaine et proche de chacun. Divercite.be ne court pas après le buzz mais relaye l’actualité telle qu’elle est, sans parti pris.
Abonnez-vous à partir de 5 euros par mois ou 59 euros par an. Vous avez aussi la possibilité de découvrir uniquement les articles qui vous intéressent pour 1 euro.
Qu’elle s’affirme fièrement, qu’elle choque, crispe ou divise, la diversité est une réalité incontournable de nos sociétés. Elle trame nos régions, villes et quartiers et donne à voir un monde où les mobilités humaines se sont intensifiées. Divercite.be est un média belge francophone qui est né pour répondre au besoin de décrypter et d’analyser ces nouvelles réalités. Sa ligne éditoriale est entièrement et exclusivement consacrée à la diversité culturelle, ethnique, cultuelle ou de genre. Nouveau dans le paysage médiatique numérique, nous avons besoin de vous pour aller plus loin dans le travail que nous menons.
Soutenez-nous en vous abonnant ! S’abonner, c’est permettre à un nouveau journalisme d’enrichir le débat public par une vision aussi objective et sans concession, qu’humaine et proche de chacun. Divercite.be ne court pas après le buzz mais relaye l’actualité telle qu’elle est, sans parti pris.
Abonnez-vous à partir de 5 euros par mois ou 59 euros par an. Vous avez aussi la possibilité de découvrir uniquement les articles qui vous intéressent pour 1 euro.
 
 

JE SUIS DÉJÀ ABONNÉ